Après 51 ans, le SCK CEN avance dans la transition vers l’uranium faiblement enrichi comme matière première pour la production de radio-isotopes médicaux. En effet, dans son réacteur de recherche BR2, le Centre produit des radio-isotopes médicaux indispensables, dont le molybdène 99 et l’iode 131. Le premier permet de détecter le cancer et les maladies cardiovasculaires. Le second, l’iode radioactif, est quant à lui utilisé dans la lutte contre le cancer de la thyroïde. Les deux radio-isotopes sont produits en irradiant des cibles d’uranium, des tubes d’environ 16 centimètres de long. En mettant un terme à l’utilisation d’uranium hautement enrichi dans la production de ces isotopes, tout risque de prolifération est tué dans l'œuf.

11 millions de diagnostics, grâce à la Belgique

Le réacteur de recherche belge assure l’approvisionnement mondial en isotopes médicaux, et ce, avec seulement cinq autres réacteurs dans le monde entier. Les isotopes médicaux, c’est des substances radioactives très utiles pour le dépistage et le traitement du cancer et des maladies cardiovasculaires. Ils permettent également aux médecins de suivre de près l'efficacité du traitement, afin de déterminer le traitement optimal. Pas moins de 11.320.000 diagnostics et traitements ont été réalisés en 2022 grâce à la production belge.

Fin de l’uranium hautement enrichi

Pour obtenir un radio-isotope, le centre de recherche nucléaire irradie les ‘cibles’ - le matériau brut - dans le réacteur de recherche BR2. Après cinq à six jours d’irradiation, ces cibles sont envoyées à une entreprise pharmaceutique qui les convertit en radio-isotopes médicaux et les envoie aux hôpitaux du monde entier. Le molybdène 99 se désintègre en technétium 99m, qui est le radio-isotope médical le plus utilisé au monde pour le diagnostic. L'iode 131 est irremplaçable dans la lutte contre le cancer de la thyroïde. Les cibles spécifiques pour produire ces deux radio-isotopes sont constituées d'uranium.

En 1972, le SCK CEN produisait son premier lot de molybdène 99 à partir d’une base d’uranium hautement enrichi. Cette matière n’a pas été utilisée pendant le cycle du réacteur qui vient de s’achever. A partir de maintenant, le SCK CEN termine la transition à l’uranium faiblement enrichi pour la production de ces radio-isotopes médicaux. Rien ne change pour le patient ou le médecin, mais pour le monde si. Ce changement s’entend par la non-prolifération nucléaire. En interdisant l’uranium hautement enrichi, le risque d’une éventuelle prolifération et d’abus disparaît.

Accord international de La Haye

Avec cette conversion, le SCK CEN met de nouveau en œuvre les accords conclus au sommet international de La Haye en 2014. À cette époque, plus de 50 leaders du monde entier s’y étaient rassemblés pour trouver un accord international sur la sécurité nucléaire, dont l’ancien président américain Barack Obama et l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel. L’accord était le suivant : « L’utilisation d’uranium hautement enrichi doit être progressivement abandonnée. » Plus tôt cette année, le SCK CEN annonçait ses intentions de remplacer le combustible nucléaire - le carburant du réacteur de recherche BR2 - par sa variante faiblement enrichie. En mars 2023, le Département de l’Énergie des États-Unis et Michael M. Adler, Ambassadeur des États-Unis en Belgique, ont salué le SCK CEN pour cette étape importante dans la conversion du réacteur.

De plus amples information

Pour obtenir plus d'informations sur ce projet, veuillez consulter le site du SCK CEN.

  • Share this page

Avez-vous trouvé cela intéressant ?

Alors inscrivez-vous à notre lettre électronique mensuelle. Vous serez ainsi tenu au courant de l'actualité du secteur nucléaire et vous recevrez toujours des informations indépendantes, factuelles et vérifiées.

Read more about nucleaire geneeskunde

4 minutes

SCK CEN et la société américaine SpectronRx s’associent pour accélérer la lutte contre le cancer

La société américaine SpectronRx ouvrira sa première installation européenne pour la production de...

SCK CEN et la société américaine SpectronRx s’associent pour accélérer la lutte contre le cancer

La société américaine SpectronRx ouvrira sa première installation européenne pour la production de...

3 minutes

IBA et Tractebel s'associent pour construire des installations de protonthérapie

Tractebel, l'une des plus grandes sociétés d'ingénierie et de conseil au monde, a signé un partenari...