Un mois humide et sombre, avec (de nouveau) très peu de vent et un record de chaleur

Décembre a été un mois sombre avec très peu de soleil ou de vent. Le soleil a été à peine visible pendant 29 heures (19 heures de moins que la moyenne). Le vent a également sous-performé, tout comme en novembre.

Les dix premiers jours de décembre ont été les deuxièmes plus humides depuis le début des relevés (pour cette période de référence). Le mois de décembre a également été marqué par un record de chaleur. Le 30 décembre, le mercure n’est jamais descendu sous les 12,8°C dans notre pays. Il s'agit de la température minimale la plus élevée enregistrée ici depuis le début des observations en 1892. Les experts et les climatologues attribuent ce record au changement climatique mondial, qui résulte de l'émission de CO2 et d'autres gaz à effet de serre (par exemple pour la production d'électricité dans les centrales à charbon et à gaz).

Le mix électrique belge de décembre 2021

Grâce à l'énergie nucléaire (55%) et aux énergies renouvelables (20%), 75% de l'électricité belge était bas carbone en décembre. Un bel exemple de la complémentarité des deux sources bas carbones ! L'énergie fossile (principalement le gaz) a représenté 25% de l'électricité belge le mois dernier, et 92,5% des émissions de CO2 (pour la production d'électricité belge).

Le mix électrique belge de décembre 2021 se présente comme suit :

  • énergie nucléaire : 55%
  • énergie éolienne : 15,5%
  • énergie solaire : 1%
  • autres renouvelables : 3,5%
  • fossile et autres : 25%
Le mix électrique belge de décembre 2021 (sources : ELIA & GIEC)

Et après 2025 ?

Après 2025, en cas d’une sortie complète du nucléaire, nous perdrons plus de la moitié de notre mix électrique. Il sera dans un premier temps impossible de produire une aussi grande quantité d'électricité à partir d'autres sources bas carbone. Même avec le développement important annoncé des énergies renouvelables, la part des énergies fossiles ne fera qu'augmenter en cas de sortie du nucléaire. De nouvelles centrales au gaz remplaceront les centrales nucléaires, avec des émissions de CO2 40 fois plus élevées.

Pour être concret : dans un scénario sans nucléaire, avec la même capacité installée d'énergie renouvelable et dans les mêmes conditions météorologiques, 80% de l'électricité belge du mois dernier aurait été produite par des sources d'énergie fossiles.

À propos de ces chiffres

Voor deze berekeningen baseren we ons op de meest recente beschikbare gegevens van ELIA.

Elke maand publiceert ELIA, de beheerder van het Belgische elektriciteitsnet, de cijfers van de energiemix. Deze mix bevat het aandeel van de verschillende energiebronnen die voor België elektriciteit opwekken: fossiele energie (vooral gas), kernenergie, windenergie, zonne-energie en andere hernieuwbare energiebronnen (o.a. waterkracht en kleine productie-eenheden wind/zon <25 MW).

  • Share this page

Avez-vous trouvé cela intéressant ?

Alors inscrivez-vous à notre lettre électronique mensuelle. Vous serez ainsi tenu au courant de l'actualité du secteur nucléaire et vous recevrez toujours des informations indépendantes, factuelles et vérifiées.