Mark Rutte se succède à lui-même comme Premier ministre des Pays-Bas pour la quatrième fois. Le mémorandum politique du cabinet Rutte exprime l'ambition des Pays-Bas de devenir un leader dans la lutte contre le réchauffement climatique.

35 milliards d'euros pour le fonds pour le climat et la transition

Pour réaliser cet objectif ambitieux, il y aura un ministre du climat et de l'énergie. Il recevra une enveloppe de 35 milliards d'euros, destinée à la construction de réseaux de chaleur, d'hydrogène et d'électricité, à rendre les bâtiments et le secteur de la mobilité plus durables, etc. En 2050 au plus tard, les Pays-Bas doivent être neutres sur le plan climatique, conformément aux objectifs de l'Union européenne.

Moins de CO2, plus d'énergie nucléaire

Pour ce faire, les Pays-Bas optent pour l'énergie nucléaire. La centrale nucléaire existante de Borssele (la seule sur le territoire néerlandais) avait déjà reçu une autorisation pour rester ouverte pendant 20 ans de plus, jusqu'en 2033 (une prolongation de 20 ans, car, comme en Belgique, il avait été initialement convenu de fermer la centrale en 2013, après 40 ans d'exploitation). Mais maintenant, la centrale nucléaire de Borssele est autorisée à rester ouverte encore plus longtemps, jusqu'après 2033.

En outre, les Pays-Bas ont choisi de construire deux nouvelles centrales nucléaires. On ne sait pas encore où elles seront situées. Pour le nouveau gouvernement, l'énergie nucléaire est un maillon essentiel du mix énergétique. Les investisseurs privés intéressés seront soutenus financièrement par le gouvernement pour rendre possible la construction de ces centrales électriques. Un arrangement pour le stockage sûr et permanent des déchets nucléaires est également envisagé.

Se débarrasser du gaz

Il convient de noter que les Pays-Bas disposent de réserves de gaz considérables, mais qu'ils ne souhaitent pas les utiliser à l'avenir pour produire de l'électricité. Pour rendre possible la transition vers des émissions net zéro d'ici 2050, le gaz doit faire place à toutes les solutions bas carbone : les énergies renouvelables et l'énergie nucléaire.

Kerncentrale Borssele

« Dans le domaine de l'énergie, ils sont vraiment tournés vers l'avenir, ouverts aux technologies du futur. Dans notre pays aussi, nous voulons définir une stratégie énergétique pour les 30 à 40 prochaines années. Ce choix n'a pas encore été fait. »

Alexander De Croo, Premier ministre de la Belgique

Alexander De Croo : « des choix intéressants »

En Belgique aussi, la décision néerlandaise est suivie avec suspicion. « Les Pays-Bas font des choix intéressants », a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo. « Dans le domaine de l'énergie, ils sont vraiment tournés vers l'avenir et ouverts aux technologies du futur. Dans notre pays aussi, nous voulons définir une stratégie énergétique pour les 30 à 40 prochaines années. Nous devons mener notre propre politique à cet égard. En Belgique aussi, il y a des options à évaluer aujourd'hui, et ce sera un choix rationnel. Ce choix n'a pas encore été fait. »

En savoir plus

 

  • Share this page

Avez-vous trouvé cela intéressant ?

Alors inscrivez-vous à notre lettre électronique mensuelle. Vous serez ainsi tenu au courant de l'actualité du secteur nucléaire et vous recevrez toujours des informations indépendantes, factuelles et vérifiées.