Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

MYRRHA, le projet belge du SCK•CEN
MYRRHA, le projet belge du SCK•CEN

MYRRHA, le projet belge du SCK•CEN

MYRRHA est une infrastructure de recherche polyvalente lancée par le SCK•CEN sur son site de Mol. Elle attire des spécialistes du monde entier et conforte ainsi le rayonnement international de la recherche belge. Ce projet représente un investissement de l’ordre de 1 milliard d’euros. MYRRHA entrera en service d’ici une dizaine d’années.

Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, MYRRHA représentera 2000 emplois supplémentaires en Belgique, ainsi que des emplois que sa présence générera dans les environs du SCK•CEN à Mol.

Qu'est-ce que MYRRHA?

MYRRHA signifie Multi-purpose hYbrid Research Reactor for High-tech Applications. Traduisez : réacteur de recherche hybride et multifonctionnel pour applications innovantes.

Réacteur nucléaire piloté par un accélérateur de particules : MYRRHA comme prototype

MYRRHA est, au niveau mondial, le premier prototype d'un réacteur nucléaire piloté par un accélérateur de particules. Cette technologie nucléaire innovante est sûre et facile à contrôler. Lorsque l'accélérateur de particules est arrêté, la réaction en chaîne stoppe automatiquement en une fraction de seconde.

Des différences significatives avec les réacteurs existants font de MYRRHA un réacteur de recherche particulièrement innovant. MYRRHA fonctionne avec des neutrons rapides, pilotés par un accélérateur. Le refroidissement du réacteur s'effectue au moyen d'un alliage de plomb et de bismuth. Le réacteur est sous-critique et de ce fait, facilement contrôlable.

Pourquoi construit-on MYRRHA?

Ce projet renforce la position de leader du SCK•CEN et de la Belgique dans le domaine de la recherche nucléaire. MYRRHA y joue un rôle crucial car il permet :

  • Une recherche de pointe sur les multiples opportunités de la technologie nucléaire
  • La production de radio-isotopes pour les diagnostics et les traitements médicaux ainsi que le développement de nouveaux radio-isotopes à des fins thérapeutiques
  • La production de silicium dopé de très grande pureté pour des applications dans l'électronique (éoliennes, voitures hybrides, trains à grande vitesse)
  • La poursuite des recherches sur les technologies permettant le traitement des déchets radioactifs par la transmutation
  • Le développement de nouveaux types de réacteurs et de combustibles nucléaires
  • La formation de nouvelles générations d’experts nucléaires
  • Le test de matériaux et de composants pour les nouveaux réacteurs utilisant non seulement la fission mais aussi la fusion nucléaire.

Les recherches menées, que ce soit au sein des universités, des centres de recherche, dans les entreprises ou les hôpitaux, touchent des secteurs très variés : du domaine médical à l’électronique en passant par la mobilité et l’énergie renouvelable. Et au fil des ans, ce savoir-faire scientifique a permis à de nombreux acteurs belges de devenir leaders mondiaux dans leur domaine.

Avec plus de 700 chercheurs, le Centre d'Étude de l’Énergie Nucléaire (SCK•CEN) est un acteur incontournable de cette recherche nucléaire de pointe.

Le lancement du projet MYRRHA, une nouvelle infrastructure de recherche nucléaire unique au monde, permettra notamment de mener des recherches pour découvrir de nouveaux radio-isotopes pour la médecine nucléaire, développer de nouveaux matériaux pour l’industrie, mettre au point de nouveaux combustibles pour les futurs réacteurs ou encore diminuer les déchets nucléaires. Pas étonnant que la Commission européenne ait épinglé ce projet comme étant un des 50 projets destinés à faire de l’Europe le chef de file de la recherche de pointe dans les 20 prochaines années.


MYRRHA stimule l'innovation dans toute l'Europe et joue un rôle dans le développement d'une économie de la connaissance.

Moteur d'innovation et de développement pour une économie européenne

La Commission européenne qualifie MYRRHA de projet international prioritaire doté d'une grande pertinence sociale. MYRRHA stimule l'innovation dans toute l'Europe et joue un rôle dans le développement d'une économie de la connaissance. L'Europe a donc décidé de soutenir financièrement le SCK•CEN dans ce projet. La Belgique également, qui s'inscrit ainsi dans cadre avec la stratégie Europe 2020 pour stimuler la croissance et l'emploi dans toute l'union.

MYRRHA aide notre pays à atteindre les objectifs de ce plan ambitieux : soutenir l'innovation, renforcer les activités industrielles et travailler à une économie pauvre en carbone et à la réduction des gaz d'effets de serre. MYRRHA contribue aussi à la formation : une nouvelle génération de scientifiques et d'ingénieurs nucléaires pourra participer ainsi à la création de la société du futur.

Énergie nucléaire durable : une initiative européenne

MYRRHA rencontre les objectifs du plan stratégique que la Commission européenne a élaboré pour accélérer le développement de technologies énergétiques pauvres en carbone. Ces dernières jouent un rôle considérable dans la lutte contre le réchauffement climatique et veillent à assurer un approvisionnement sûr et indépendant en énergie pour l'Europe.

La nouvelle approche vise à l'élaboration de programmes communs et à une meilleure exploitation du potentiel spatial en Europe. Elle est également axée sur la recherche, l'innovation et l'exploitation maximale de toutes les possibilités du marché intérieur. En tant qu'infrastructure unique dans le monde, MYRRHA se focalise sur la recherche relative au traitement des déchets nucléaires (transmutation), sur les matériaux de combustible pour les systèmes de fission nucléaire et les matériaux de fusion.

Les atouts plus en détail

Atout n° 1 : une énergie nucléaire sûre et efficace, pauvre en déchets

MYRRHA est le premier prototype d'un réacteur nucléaire piloté par un accélérateur de particules. Ce système ADS (Accelerator Driven System) présente deux avantages importants.

Un ADS dispose d’un cœur sous-critique : ce cœur ne contient pas suffisamment de substance combustible pour entretenir spontanément la réaction en chaîne. Il s'agit d'une technologie nucléaire sûre et facile à contrôler : lorsque l'accélérateur de particules est arrêté, la réaction en chaîne stoppe automatiquement en une fraction de seconde.

L’utilisation de neutrons rapides constitue l’autre avantage. Grâce aux neutrons rapides, l’ADS utilise de manière optimale le combustible d’uranium, ce qui permet de réduire la quantité de déchets radioactifs. Par ailleurs, un système d’accélérateur de particules convient parfaitement à la transmutation sûre et concentrée de déchets de longue vie.

Atout n° 2 : matériaux et combustibles pour nouveaux réacteurs et fusion nucléaire

A terme, MYRRHA remplacera le réacteur belge BR2. En tant que réacteur d'essai de matériaux flexible et puissant, le BR2 joue depuis plusieurs décennies déjà, un rôle essentiel dans la recherche internationale au niveau de la sécurité du réacteur, des matériaux et combustibles pour divers types de réacteurs et du programme européen de fusion nucléaire.

Des tests d'irradiation dans MYRRHA constitueront la base pour le développement de matériaux et d'éléments de systèmes nucléaires futurs. Ces derniers seront plus sûrs, l'utilisation des stocks d'uranium se fera de manière plus efficace et ces stocks produiront moins de déchets radioactifs. La recherche dans MYRRHA doit nous aider dans le développement de la technologie de fusion nucléaire.

Atout n° 3 : demande mondiale de radio-isotopes

Au niveau mondial, le Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire compte parmi les cinq plus grands producteurs de différents types de radio-isotopes médicaux et industriels. La Belgique assure près de 30 % des besoins mondiaux. La demande du secteur de la santé pour les diagnostics et la thérapie est déjà considérable. En raison du progrès technologique de la médecine nucléaire, nous prévoyons une augmentation supplémentaire de l'utilisation de radio-isotopes médicaux.

Pour l'instant, les radio-isotopes sont produits dans le réacteur BR2. Pour assurer son approvisionnement et sa position de leader en Belgique après sa fermeture en 2026, MYRRHA le remplacera. MYRRHA permet par ailleurs le développement de nouveaux types de radio-isotopes, appelés à combattre plus efficacement encore les maladies tout en minimisant les effets secondaires sur la santé. Le SCK•CEN contribue de cette manière à une meilleure santé publique pour tous.

Atout n°4 : combattre le réchauffement climatique avec le silicium dopé

Pour produire de l'énergie renouvelable, des installations comme les éoliennes et panneaux solaires nécessitent des semi-conducteurs chargés du transport efficace de l'électricité. Le silicium dopé aux neutrons est la solution idéale pour ces applications à haute puissance électrique. Il en va de même pour les voitures hybrides et trains à grande vitesse.

La production de silicium dopé aux neutrons est l'une des spécialités du réacteur BR2. La capacité d'irradiation représente environ 20 % de la production mondiale actuelle. Ici aussi la demande ne cesse de croître. MYRRHA sera appelé à l'avenir à prendre en charge cette demande. Le réacteur de recherche contribue ainsi à la réalisation de technologies pauvres en carbone.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus