Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Le contrôle rigoureux des transports nucléaires

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) est responsable de la surveillance de tous les transports de substances radioactives sur le territoire belge. Depuis sa création en 2001, il n'y a pas eu un seul incident en Belgique qui ait mis en danger la santé publique ou l'environnement. Afin de garantir la fiabilité du transport des matières nucléaires, il est essentiel de respecter des mesures strictes et d'effectuer des contrôles réguliers.

Rien n’échappe à l’AFCN

L'AFCN suit de près les recommandations de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Elle réglemente tous les transports de substances radioactives en Belgique.

  • Elle délivre les permis de transport et les certificats pour la validation du chargement.
  • Elle organise la formation des conducteurs.
  • Elle délivre les certificats de conseiller en sécurité de classe 7 (transport de matières radioactives).
  • Elle effectue plus de 100 inspections et 200 contrôles de véhicules routiers, trains, bateaux et avions par an

Deux acteurs importants : l'expéditeur et le transporteur

L'expéditeur est responsable de la sécurité des colis. Il doit veiller à ce que toutes les exigences réglementaires et les garanties de sécurité soient respectées tout au long de la chaîne de transport : du choix de l'emballage et de la préparation des colis au chargement, au transport et au déchargement.

Le transporteur est responsable de la sécurité du transport. Il doit se conformer aux exigences réglementaires qui lui sont imposées par l'expéditeur. Il doit établir un document de transport comprenant une description du chargement, une liste des principaux radio-isotopes et le type de cargaison..

Les colis sont testés dans des situations extrêmes

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a répertorié les différents types de colis et les critères de sûreté associés en fonction des propriétés des matières à transporter.

  • Ils doivent être suffisamment résistants à l'intensité du rayonnement.
  • Ils sont mesurés pendant une heure à une distance de deux mètres. La dose de rayonnement ne doit jamais dépasser 0,1 millisievert.
  • Les transports et les colis doivent être clairement marqués afin que les services de secours sachent immédiatement comment agir.
  • Les grands colis sont soumis à deux essais : une chute libre d'une hauteur de 9 mètres sur une surface non déformée et une chute de 1 mètre sur un objet pointu. Ils ne peuvent ensuite présenter aucune fuite ou bosse.
  • Les colis doivent également pouvoir résister à une chaleur de 800 °C et à une immersion complète dans l'eau pendant une demi-heure..

Protection active contre les intentions malveillantes

Il existe en outre des mesures pour protéger le transport contre le vol, le sabotage ou d'autres actes de malveillance. Ces mesures sont confidentielles. Par exemple, les dates auxquelles les transports ont lieu ne sont jamais rendues publiques. Certains transports sont accompagnés par la police, par exemple lorsqu'il y a une protestation contre le transport.

Le transport de déchets radioactifs

Le transport de déchets radioactifs ne représente qu'une petite partie du transport radioactif en Belgique. C'est l'Agence nationale des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF) qui est responsable de la gestion et de la sûreté des déchets. Comme pour les autres colis, le principe de sécurité est basé sur la protection des rayonnements ionisants et le confinement des substances radioactives.

Le mode de transport dépend du type de déchets radioactifs : déchets de faible activité d'une part ou déchets de moyenne et de haute activité d'autre part.

Les déchets de faible activité sont produits lors de l'exploitation quotidienne des centrales nucléaires et lors de la production et de l'utilisation des radio-isotopes. Cela comprend les vêtements de protection, les filtres respiratoires et les déchets médicaux. Ces déchets sont généralement collectés dans des sacs en plastique ou des conteneurs.

Les déchets de moyenne et haute activité proviennent principalement de la production d'énergie nucléaire, de la recherche sur le combustible nucléaire et de sa production. Ce type de transport n'a pas lieu tous les ans et nécessite une préparation spécifique.

Une fois les déchets nucléaires triés, identifiés et approuvés, ils sont acheminés vers Belgoprocess (filiale de l'ONDRAF) à Dessel. L'ONDRAF est responsable de son transport et coordonne celui-ci avec des entreprises spécialisées.

Le transport des radio-isotopes : une course contre la montre

Les radio-isotopes sont devenus indispensables pour les diagnostics et les traitements médicaux. Plus de 30 millions de personnes dans le monde en bénéficient chaque année. Mais le transport des radio-isotopes est très délicat. Il doit répondre à des normes strictes : pour la sécurité du personnel ainsi que pour la qualité et l'efficacité du produit transporté. Et tout cela en un temps record.

L'entreprise de transport belge spécialisée TRANSRAD (Fleurus) s'occupe du transport de ces substances radioactives sensibles. La société malinoise ISI (Isotopes Services International) et DHL sont deux sociétés qui s'occupent également de ce transport spécialisé en Belgique et dans le reste du monde. L'aéroport de Zaventem est en outre une importante plaque tournante internationale pour la distribution de radio-isotopes dans le monde entier.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus