Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Radio-isotopes médicaux : une course contre la montre
Radio-isotopes médicaux : une course contre la montre

Médecine nucléaire personnalisée : une course contre la montre

Les radio-isotopes sont utilisés pour les diagnostics et les traitements médicaux. Plus de 30 millions de personnes dans le monde sont concernées. La production et le transport de ces radio-isotopes exigent de nombreuses étapes et une exécution rapide. Pour venir en aide aux patients, une véritable course contre la montre s’engage…

La technologie nucléaire mise en avant sur National Geographic

Le documentaire « Nuclear Lifeline » de National Geographic vous fait découvrir et illustre le rôle crucial de la technologie nucléaire dans notre vie quotidienne aujourd’hui et à l’avenir. Songez aux applications en matière de médecine ou de santé ; ou encore d’alimentation, d’agriculture ou d’approvisionnement en eau qui sont essentiels avec l’intensification des effets du changement climatique. Le Forum nucléaire a collaboré au développement de ces deux reportages.

L’équipe de National Geographic suit des médecins et chercheurs lors de cette course contre la montre et partage le voyage d’un radio-isotope, de la production au patient. National Geographic montre l’expertise belge dans les différentes étapes du voyage : de la production dans le réacteur à Mol au SCK•CEN, en passant par la transformation des isotopes en produits radiopharmaceutiques à Fleurus à l’IRE jusqu’à la logistique et au transport spécialisé via l’aéroport de Zaventem vers les 4 coins du monde.

Nuclear Lifeline : La course contre la montre des radio-isotopes médicaux

Pourquoi les radio-isotopes ?

Parce que c’est une technique qui, comme nulle autre, permet un diagnostic précoce et précis, ainsi qu’un traitement ciblé et personnalisé.

Utilisée dans le cadre de 60 pathologies différentes, cette technique et ses champs d’application évoluent tous les jours. Déjà irremplaçable aujourd’hui, elle ouvre de nombreuses perspectives pour la médecine de demain.

Le diagnostic

27 millions d’examens par radio-isotopes sont pratiqués dans le monde chaque année. Une caméra, un scanner détectent les traceurs radioactifs administrés au patient et les convertissent en images. Après l’examen, la radioactivité est rapidement éliminée du corps et ne présente aucun danger pour le patient.

Le traitement

Le traitement aux radio-isotopes concerne 3 millions de personnes dans le monde chaque année. Il permet une thérapie ciblée, sans intervention chirurgicale, en détruisant par rayonnement les cellules malades, tout en minimisant les effets sur les cellules saines. En outre, pour chaque patient et chaque pathologie, le traitement est étudié et dosé au cas par cas.

L’incroyable trajet de l’atome au patient

Tout commence par l’uranium. Une fois par an, il est expédié depuis les États-Unis vers la France. Ici, l’uranium est conditionné en tubes d’à peine 16 cm, que l’on appelle les cibles. 

Ces cibles sont acheminées vers les différents réacteurs de recherche qui assurent l’étape suivante de la production des radio-isotopes. Il n’existe que six sites dans le monde : en Belgique, aux Pays-Bas, en Pologne, en République tchèque, en Australie et en Afrique du Sud. Vu leur nombre restreint, ces sites travaillent en étroite collaboration afin de répondre à la demande mondiale en radio-isotopes. Le réacteur de recherche belge du SCK•CEN (Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire) à Mol, le BR2 (Belgian Reactor 2), fait partie des plus puissants au monde.

Voyons maintenant les différentes étapes de la production et du transport des radio-isotopes, principalement en Belgique.

Un exemple d'un cible.

Activer la cible

Les cibles d’uranium arrivent par transport sécurisé au SCK•CEN à Mol. C’est ici que le matériel sera irradié dans le BR2 pour créer diverses variétés d’isotopes. Le processus d’irradiation dure 5 jours et génère du matériel radioactif dont seront extraits le molybdène-99 ainsi que d’autres isotopes. 

Le transport de ces isotopes est l’étape suivante. Et la rapidité d’exécution est cruciale. Car la radioactivité, et donc l’efficacité, des radio-isotopes décline très vite. Une diminution de moitié à l’issue d’un certain délai est appelée « période de demi-vie ». Elle peut prendre quelques jours ou, dans le cas qui nous intéresse ici, quelques heures.

De la cible au radio-isotope

Après le processus d’irradiation, les cibles d’uranium quittent le SCK•CEN pour leur prochaine destination : les entreprises pharmaceutiques qui transforment les cibles en radio-isotopes médicaux.

Une fois arrivées à destination, les cibles d’uranium sont dissoutes par un procédé chimique afin d’en extraire les radio-isotopes médicaux. Il n’existe que quelques installations dans le monde, spécialisées dans ce domaine : l’Institut des Radioéléments (IRE ) à Fleurus en Belgique, Mallinckrodt Pharmaceuticals à Dublin en Irlande, GE Healthcare à Eindhoven au Pays-Bas, NTP à Pretoria en Afrique du Sud, ANSTO à Lucas Heights en Australie. 

L’IRE, à lui seul, permet de réaliser 6 millions d’examens dans le monde, dont la moitié environ en Europe.

Transport urgent

Le transport est délicat : il doit satisfaire à toutes les normes, tant pour la sécurité du personnel que pour la qualité et l’efficacité du produit transporté. Et tout cela, dans des délais record. L’entreprise belge de transport spécialisé TRANSRAD (Fleurus) organise le transport de ces matières radioactives sensibles.

Lorsque le processus de production des radio-isotopes est achevé, il faut les placer dans un générateur afin de les protéger lors du transport vers l’hôpital et également afin de rendre leur utilisation sur place simple et rapide. Dans le générateur, les radio-isotopes perdent 1% d ‘efficacité par heure, ce qui représente 25% de décroissance par jour : il faut donc agir très vite.

L’entreprise malinoise ISI (Isotopes Services International) et DHL, entre autres, assurent ce transport spécialisé en Belgique et dans le monde entier. L’aéroport de Zaventem est d’ailleurs une plateforme internationale importante.

Il est 7 heures…

Les traitements vont commencer à l'hôpital. Le médecin et le patient sont prêts. Et les radio-isotopes sont au rendez-vous.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus