Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Radio-isotopes : petite particules à grande puissance
Radio-isotopes : petite particules à grande puissance

Radioisotopes : des particules fines dotées d'une force énorme

Des milliers d'hôpitaux dans le monde utilisent des isotopes radioactifs, aussi appelés radio-isotopes ou traceurs radioactifs, pour le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies. Parmi ceux-ci, un hôpital spécialisé en médecine nucléaire sur trois s'appuie sur la production belge.

La Belgique est le deuxième producteur mondial de radio-isotopes. C'est une position que notre pays souhaite maintenir à l'avenir grâce au projet MYRRRHA, une infrastructure de recherche avancée dont la technologie sera opérationnelle dans 10 ans.

La production des isotopes.

La production des isotopes

Les radio-isotopes sont obtenus en irradiant des noyaux avec des neutrons dans un réacteur de recherche (ou un réacteur nucléaire), ou avec des protons dans un accélérateur de particules ou cyclotron.

Dans les réacteurs de recherche, les radio-isotopes sont produits en grande quantité à partir d'uranium enrichi. Il en résulte des produits de fission dont la durée de vie est plus longue. Les cyclotrons n'ont pas la même capacité de production et produisent des radio-isotopes ayant une durée de vie plus courte. De nombreux hôpitaux disposent déjà de cyclotrons, mais leur capacité de production est actuellement insuffisante.

Le technetium-99 (Tc-99) est le radio-isotope le plus utilisé dans le monde. Cet isotope est obtenu dans un réacteur de recherche à partir du molybdène 99 et est produit en Belgique par le SCK-CEN et l’IRE. La Belgique fournit ainsi 25 % du monde et presque toute l'Europe en isotopes pour la médecine nucléaire. Par ailleurs, 6 millions de projets de recherche sont menés chaque année dans le monde à l'aide de radio-isotopes produits par l'IRE.

La proton-thérapie, est une autre thérapie répandue utilisant également des radio-isotopes. IBA, à Louvain-la-Neuve, est le leader mondial dans ce domaine et est également spécialisé dans les accélérateurs de particules.

Prévenir la pénurie d’isotopes médicaux

Le problème

Le nombre de patients et d'applications d'isotopes médicaux est en augmentation constante et la tendance devrait se confirmer dans les années à venir. Par le passé, le monde médical a été frappé par une pénurie de radio-isotopes, et le risque d'une pénurie mondiale aiguë s'accroît. De plus, le nombre de réacteurs de recherche capables de produire des radio-isotopes comme le molybdène-99 peut être compté sur deux mains.

La solution

Forte de son expertise, la Belgique a décidé de lancer MYRRHA, une nouvelle infrastructure de recherche multifonctionnelle au SCK-CEN à Mol. Dans quelques années, MYRRRHA constituera un maillon indispensable dans la production de radio-isotopes médicaux et prendra progressivement le relais du réacteur de recherche BR2, qui représente actuellement en moyenne 25 % (65 % lors des pics de demande) de la production mondiale de M-99, isotope le plus utilisé en médecine.

Le transport.

Le transport

La radioactivité des radio-isotopes diminue très rapidement. L'intervalle pendant lequel la moitié d'entre eux disparaît s'appelle la demi-vie. Cela peut varier de quelques heures à plusieurs jours.
Le transport d'isotopes est donc une activité hautement spécialisée. La Belgique fait figure de plaque tournante européenne dans ce secteur avec la société ISI (à Malines), experte dans ce domaine.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus