Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

La politique énergétique de la Belgique
La politique énergétique de la Belgique

La politique énergétique en Belgique

L'approvisionnement en électricité de la Belgique requiert un cadre politique cohérent et durable. C'est la raison pour laquelle les pouvoirs publics et le gouvernement développent une politique énergétique, qui aboutit à un mix énergétique spécifique. En Belgique, la part de l'énergie nucléaire est très élevée dans ce mix.

En 2003, le Parlement belge a adopté une loi sur l'abandon progressif de l'énergie nucléaire. Selon cette loi, les centrales nucléaires devraient fermer après quarante ans d'exploitation. La même loi a été modifiée en 2013. La durée d'exploitation de Tihange 1 est passée de 40 à 50 ans (sous le gouvernement de Di Rupo I). En d'autres termes, ce réacteur restera ouvert jusqu'en 2025.

Centrale nucléaire de Doel

L'accord de coalition d'octobre 2014 (sous le gouvernement de Michel I) comprend un projet de loi stipulant que les centrales de Doel 1 et Doel 2 doivent être fermées au plus tard en 2025. L'accord prévoit également que, lors de l'élaboration de la vision énergétique et du pacte énergétique, le gouvernement réexaminera de manière objective et transparente toutes les options permettant de garantir la sécurité de l'approvisionnement en Belgique à court et moyen terme.

Le 18 décembre 2014, le gouvernement belge a décidé de prolonger la durée de vie opérationnelle de deux réacteurs nucléaires, Doel 1 et Doel 2, de 40 à 50 ans. Selon le calendrier de la sortie du nucléaire, comme décidé en 2003, Doel 1 devait être fermé en février 2015 et Doel 2 en décembre 2015. Suite à la loi de juin 2015 prolongeant de dix ans la durée d'exploitation des réacteurs Doel 1 et 2, le texte régissant les conditions de prolongation des réacteurs Doel 1 et 2 a été adopté le 2 juin 2016. Le texte définitif de cette extension, et plus particulièrement sur la taxe nucléaire en fonction du prix de l'électricité, a été soumis au vote en 2016.

Dans son rapport annuel de 2016, l'Agence internationale de l'énergie a une fois de plus attiré l'attention sur les risques éventuels auxquels la Belgique pourrait faire face si elle décide de fermer toutes ses centrales nucléaires d'ici 2025.
Une fermeture nucléaire en 2025 mettrait en péril l'approvisionnement énergétique. Les études d'EnergyVille, d'ELIA, d'Itinera Institute et du Bureau fédéral du Plan indiquent également l'impact négatif d'une éventuelle sortie du nucléaire en Belgique en 2025.

Il est techniquement parfaitement possible de maintenir les réacteurs nucléaires opérationnels pendant plus de quarante ans.

Prolonger la durée d’exploitation des centrales nucléaires

Il est techniquement parfaitement possible d'exploiter des centrales nucléaires pendant plus de quarante ans. C'est déjà le cas pour trois réacteurs nucléaires en Belgique (Doel 1, Doel 2 et Tihange 1) et de nombreuses centrales nucléaires dans le reste du monde.

La décision de maintenir ou non les réacteurs nucléaires belges ouverts est essentiellement une décision politique. D'un point de vue technique, la poursuite de l'exploitation des réacteurs après quarante ans est parfaitement justifiable. Toutefois, l'exploitant devra procéder à certains ajustements et réaliser de nouveaux investissements afin de garantir la sécurité absolue des installations. En outre, toute prolongation de l'exploitation doit être approuvée par l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

Les exemples sont légion : de nombreuses centrales nucléaires sont en service depuis plus de quarante ans aux Pays-Bas, en Suisse, en Suède, au Royaume-Uni, en Russie, etc. Aux États-Unis, des dizaines de centrales nucléaires sont déjà autorisées à fonctionner pendant soixante ou quatre-vingts ans. En Belgique, le gouvernement a adopté des lois pour exploiter les réacteurs Doel 1 et 2 et Tihange 1 pendant 50 ans.

L’expertise belge

Notre pays dispose d'une réputation mondiale pour son savoir-faire nucléaire. Ce postulat entre certainement en compte dans les décisions politiques. Non seulement les pays qui possèdent déjà des centrales nucléaires font appel à nous (Grande-Bretagne, Japon, Chine, Inde), mais nous exportons également nos connaissances et notre expertise belges vers les pays qui ont décidé de construire des centrales nucléaires (Emirats arabes unis, Pologne, Turquie, etc.).

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus