Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Transition énergétique : analyse des académiques
Transition énergétique : analyse des académiques

Comment les experts voient-ils le rôle de l'énergie nucléaire dans la transition énergétique ?

Plusieurs organisations scientifiques internationalement reconnues ont récemment publié des rapports et des recommandations préconisant le rôle de l'énergie nucléaire dans le mix électrique de demain.

MIT Energy Initiative : « Un avenir sans CO₂ est impayable sans énergie nucléaire »

Vous voulez enlever l'énergie nucléaire comme source d'énergie à faible émission de carbone du mix électrique ? Vous obtiendrez alors une augmentation significative des coûts pour atteindre les objectifs climatiques. Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a analysé la capacité mondiale d'énergie nucléaire dans son étude « The Future of Nuclear Energy in a Carbon-Constrained World » (septembre 2018). Dans cette étude, les mesures visant à accroître cette capacité sont abordées. Le MIT suggère que les nouveaux modèles politiques et les technologies de réduction des coûts peuvent aider l'énergie nucléaire à jouer un rôle vital dans les solutions climatiques.

« Notre analyse montre que l'énergie nucléaire est essentielle pour assurer un avenir sans CO₂ », déclare Jacopo Buongiorno, coprésident de l'étude et directeur associé du département Nuclear Science and Engineering du MIT.

En savoir plus sur l'étude MIT

Rapport de l'ONU : « Il faut accroître les énergies renouvelables et l'énergie nucléaire ».

Le nouveau rapport des experts climatiques des Nations Unies (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, GIEC) est très clair : si nous voulons mettre fin aux effets négatifs du changement climatique, nous avons besoin de toute urgence de mesures drastiques. L'énergie nucléaire y joue un rôle essentiel selon les analyses du GIEC.

Le nouveau rapport décrit 4 scénarios possibles pour rendre possible cet objectif ambitieux. Les quatre scénarios prévoient une réduction radicale des combustibles fossiles (principalement le charbon et le pétrole) mais surtout une augmentation des énergies renouvelables et de l'énergie nucléaire.

Compte tenu de l'urgence et de l'ampleur du problème, nous avons donc besoin de toutes les solutions bas carbone existantes. « Les années à venir seront extrêmement importantes », affirment les chercheurs du GIEC. « Les décisions que nous prenons maintenant et dans les années à venir auront un impact durable sur les générations futures. »

Science (magazine) : « Seule l'énergie nucléaire permet une décarbonisation rapide »

Environ 300 milliards de dollars par an. C'est la somme investie dans les énergies renouvelables (principalement l'éolien et le solaire) depuis 2010, comme le démontre une analyse de Bloomberg Energy Finance.

Malgré ces investissements, les émissions de CO₂ pour la production d'électricité ne diminuent que très lentement : pas plus d'un demi pour cent par an. La célèbre revue scientifique Science a calculé dans un article que le passage à l'électricité à faible émission de carbone est douze fois plus rapide avec l'énergie nucléaire qu'avec l'aide du soleil et du vent.

Science : « De toutes les sources d'énergie pauvres en CO₂ qui existent actuellement, seule l'énergie nucléaire est capable de produire rapidement la quantité requise d'électricité à faible émission de carbone. »

Union of Concerned Scientists : « Appel en faveur d'une politique énergétique pronucléaire »

Dans un rapport publié fin 2018, la prestigieuse Union of Concerned Scientists (UCS) appelle à une politique énergétique à faible émission de carbone et à la préservation de l'énergie nucléaire aux États-Unis. Une position qui marque un tournant dans le monde de l'énergie.

L'UCS est la première grande ONG environnementale américaine à reconnaître le rôle clé de l'énergie nucléaire dans la lutte contre le changement climatique. C'est également la première organisation à réclamer publiquement et explicitement une politique en faveur de l'énergie nucléaire.

Lettre ouverte de spécialistes du climat dans Le Monde : « Se priver du nucléaire est irresponsable »

Un collectif de spécialistes du climat et de l'énergie a publié une lettre ouverte en novembre 2018 dans le journal français Le Monde. Leur point de vue ? « Si nous voulons éviter le chaos climatique, nous devons retirer le charbon de notre production d'électricité d'ici 30 ans. mission impossible sans énergie nucléaire. » Selon eux, l'énergie nucléaire, qui émet très peu de CO₂, doit être privilégiée au vu de l'urgence environnementale.


Lisez la lettre ouverte

Rapport de l'Agence internationale de l'énergie : « Des investissements mondiaux dans l'énergie nucléaire sont nécessaires »

Avec la publication du World Energy Outlook, l'AIE fait chaque année une mise à jour chiffrée et donne des tendances et des prévisions pour l'avenir. Leur analyse : la demande d'énergie et d'électricité continue d'augmenter et cette tendance ne s'inversera pas.

Malgré la forte croissance des énergies renouvelables, les émissions mondiales de CO2 continuent d'augmenter avec la politique énergétique actuelle. Afin de réduire les émissions de CO₂ (Sustainable Development Scenario), des mesures supplémentaires sont nécessaires, parmi lesquelles le développement de l'énergie nucléaire. Le « scénario des nouvelles politiques » de l'AIE prévoit des investissements d'environ 1,1 milliard de dollars dans l'énergie nucléaire d'ici 2040, ce qui entraînera une augmentation d'environ 46 % de la production d'énergie nucléaire.

Plus d’informations

Commission Européenne : « L'énergie nucléaire a fait ses preuves »

En décembre 2018, la Commission européenne a également plaidé explicitement en faveur de l'énergie nucléaire. Dans son texte « Vision for a Climate Neutral Economy », elle propose des recommandations de l'Europe pour rendre notre économie climatiquement neutre d'ici 2050. Le rapport est très positif en ce qui concerne l'énergie nucléaire :

« Les deux seules sources d'énergie pauvres en CO₂ disponibles actuellement sont l'énergie renouvelable et l'énergie nucléaire. L'énergie nucléaire est une technologie à faible émission de carbone très importante, qui a fait ses preuves. Dans les années et décennies à venir, l'énergie nucléaire continuera de jouer un rôle important dans la réalisation des objectifs climatiques. Soit par fission nucléaire - une technologie existante - soit par fusion nucléaire, un procédé qui ne dégage pas de gaz à effet de serre ou de déchets radioactifs à vie longue. »

Universitaires et leaders d'opinion belges : « Nous sommes pour l'énergie nucléaire »

De nombreux experts du monde académique, des leaders d'opinion et des journalistes, ainsi que des PDG et des industriels de premier plan se sont prononcés ces derniers mois en faveur de l'énergie nucléaire. Parmi eux, on peut citer :

  • Gerard Govers, vice-recteur de la KULeuven
  • Nathal Severijns, professeur de la KULeuven
  • Maarten Boudry, philosophe à Universiteit Gent
  • Damien Ernst, professeur à l’Université de Liège
  • Valerie Trouet, professeur belge à l’University of Arizona
  • Christiane Leclercq-Willain, professeur à l’Université Libre de Bruxelles
  • Bart Eeckhout, rédacteur en chef du quotidien De Morgen
  • Daan Killemans, rédacteur en chef du magazine Trends
  • Paul De Grauwe, professeur à la London School of Economics
  • Geert Noels, économiste et fondateur d’Econopolis
  • Peter De Keyzer, fondateur du Think Tank Growth Inc
  • Wouter De Geest, CEO de BASF Antwerpen
  • Yves Verschueren, administrateur délégué d’Essenscia

La raison principale du choix de l'énergie nucléaire ? Le climat, selon Paul De Grauwe : « Je suis pour l'énergie nucléaire, d'un point de vue environnemental. L'énergie nucléaire n'émet pas de CO₂. Vous devriez jeter un coup d'œil à la transition en Allemagne. Pour remplacer l'énergie nucléaire, ils y brûlent plus de lignite. C'est dingue, n'est-ce pas ? Je suis, bien sûr, également favorable aux énergies renouvelables. Mais l'offre d'énergie renouvelable est actuellement insuffisante pour répondre à la demande. »

Étude PwC

En 2016, PwC Enterprise Advisory a réalisé une étude sur le même sujet. Cette étude (« Réussir sa transition énergétique. Le rôle de l'énergie nucléaire et des énergies renouvelables en Belgique ») a examiné la faisabilité de combiner les énergies renouvelables et l'énergie nucléaire. En outre, cette étude a également examiné l'impact de la combinaison de l'énergie renouvelable et de l'énergie nucléaire sur trois paramètres :

  • Sécurité de l'approvisionnement
  • Coût de l'électricité
  • Impact sur les émissions de CO2

L'étude a examiné les caractéristiques de ce mix énergétique faible en carbone d'ici 2030 et 2050.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus