DoseVue améliore la qualité de vie des patients atteints d'un cancer

La lutte contre le cancer est l'un des plus grands défis du 21e siècle. En effet, les statistiques ne mentent pas : d'ici 2030, nous devrions compter environ 27 millions de nouveaux cas de cancer par an, soit près du double d'aujourd'hui.


Heureusement, l'espoir d'un meilleur traitement ne cesse de grandir lui aussi.

Environ 60 % de l'ensemble des patients souffrant d'un cancer sont aujourd'hui déjà traités au moyen de la radiothérapie, un traitement utilisant le rayonnement ionisant. La radiologie permet quant à elle de poser des diagnostics plus précis. La radioactivité sauve donc des vies humaines. Chaque année, quelque 30 millions de patients reçoivent un diagnostic ou un traitement grâce au savoir-faire nucléaire.

Il est important que l'administration de ces rayons ionisants soit exécutée avec précision et selon les besoins du patient, sans que les tissus et les organes sains ne soient touchés. C'est pourquoi DoseVue, une start-up belge, a décidé d'innover dans le contrôle des traitements du cancer.

Thérapie sur mesure

Les concepts existants utilisés aujourd'hui et les doses d'irradiation à surveiller sont complexes et souvent incompatibles avec d'autres appareils médicaux. Ils sont difficiles à calibrer et par conséquent pas toujours aussi efficaces. Il y a donc encore fort à faire, comme l'a constaté l'équipe de DoseVue S.A.

DoseVue est une spin-off du Centre d'Étude de l'Énergie Nucléaire (SCK•CEN). Cette start-up développe des technologies et des appareils pratiques pour mesurer précisément les doses d'irradiation in vivo, dans le corps humain donc. De cette manière, les organes à risque sont surveillés en ligne.

Cela génère moins de complications lors d'un traitement contre le cancer : les tissus et les organes sains sont épargnés, seule la tumeur cancéreuse est irradiée. La qualité de vie des patients s'améliore de ce fait automatiquement. À l'heure actuelle, les irradiations ne sont pas toujours exécutées avec autant de précision, ce qui fait que tous les traitements ne sont pas aussi efficaces et supportables pour le patient.

En radiologie également, domaine dans lequel les rayons ionisants sont utilisés pour poser des diagnostics, le contrôle interne aide à déterminer la quantité d'irradiation, ce qui est mieux pour le patient ainsi que pour l'ensemble du personnel médical qui administre les rayons.

Le câble DoseWire en fibre de verre est à l'heure actuelle uniquement utilisé pour les petits animaux.

Quelles innovations ?

DoseVue travaille aujourd'hui au développement de trois produits innovants :DoseWire, DoseSpace et DosePatch.

  • DoseWire mesure en continu la dose d'irradiation dans l'organisme à l'aide d'une technologie en fibre de verre, qui est par exemple introduite dans le corps par un cathéter. Un boîtier externe et un logiciel convertissent le signal en données exploitables pour les médecins.
  • DoseSpace est un produit de contraste ultrasonore injectable qui permet la dosimétrie 3D. Ce produit mesure l'irradiation et protège les organes à risque des rayons. Une exclusivité mondiale de taille.
  • DosePatch est utilisé lors d'une irradiation externe de la peau. Un patch appliqué sur celle-ci change de couleur en fonction de la quantité de rayonnement qu'elle reçoit.

L'équipe de DoseVue.

Les challenges à venir

DoseVue se concentre actuellement sur le cancer de la prostate. La société travaille pour ce faire en collaboration avec l'institut Gustave Roussy, un centre français de lutte contre le cancer.

Emiliano d’Agostino, CEO de DoseVue S.A., explique : « Pour l'instant, le DoseWire a été commercialisé avec succès pour l'imagerie des petits animaux. À l'avenir, nous voulons améliorer le produit afin qu'il puisse également être utilisé en radiothérapie à usage humain. Nous poursuivons dès lors nos recherches. »

Des études de faisabilité sont actuellement menées pour la commercialisation de DosePacth.

Dans le cadre du projet AMFORA, l'Europe débloquera également à partir du 1er novembre 2017 quatre millions d'euros pour que DoseVue puisse continuer les recherches sur ses produits. La société collabore à cet effet avec l'université catholique de Louvain, l'IMEC, l'université de Rome, l'institut Fraunhofer-Gesellschaft en Allemagne et le centre médical universitaire Erasmus à Rotterdam.

DoseVue mène ainsi des recherches de haut niveau à l'échelle internationale et tend vers des développements offrant une meilleure qualité de vie aux patients atteints d'un cancer.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus