Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

L'expertise belge quitterait-elle notre pays après 2025 ?
L'expertise belge quitterait-elle notre pays après 2025 ?

Quel serait l'impact d'une sortie du nucléaire en 2025 sur l'expertise belge dans la technologie nucléaire ?

La Belgique est perçue, à juste titre, comme pionnière dans les différents domaines de la technologie nucléaire. La sortie du nucléaire en 2025 peut provoquer le départ de Belgique de nos experts nucléaires. Notre pays risque donc de perdre son expertise nucléaire, ainsi que sa reconnaissance mondiale dans le domaine. Avec des conséquences majeures pour la recherche, l'industrie et l'emploi.

La survie de la Belgique comme hub de connaissance nucléaire est menacée

Une sortie du nucléaire en 2025 peut faire perdre à la Belgique sa réputation et sa visibilité internationale en tant qu’acteur du nucléaire. Au sein de nos frontières aussi, une éventuelle sortie du nucléaire aurait un impact négatif :

  • Nous pourrions notamment perdre les connaissances et le savoir-faire nucléaire ;
  • La perte concrète de milliers d’emplois, dont des centaines d’ingénieurs et de scientifiques ;
  • L'impact ne se limtera pas uniquement à l'électronucléaire, mais aussi dans la recherche, la médecine et l'aérospatial.

Il est fort probable qu’une sortie du nucléaire aura un impact négatif sur l’intérêt des jeunes ingénieurs dans le secteur nucléaire. Notre indépendance nationale en matière de recherche nucléaire et de décisions relatives au nucléaire disparaîtra. Concrètement, cela signifie que nous deviendrons dépendants des autres pays qui développent plus avant ces compétences.

La Belgique est un exportateur des connaissances

L’indépendance que connaît actuellement notre pays (notamment grâce à la présence d’un centre et de réacteurs de recherche) constitue un atout indéniable. Qui plus est, puisque la Belgique dispose déjà de toutes ces compétences (en recherche, exploitation d’une centrale nucléaire, applications médicales...), nous faisons partie des pays pouvant exporter ces connaissances. Cette indépendance en termes de connaissances doit rester garantie, et cette expertise belge unique ne doit pas seulement être conservée, mais également être approfondie.

Et après 2025 ?

Et si les prix de l’électricité s’envolaient après 2025 ?

Article

Selon les prévisions des experts, le coût de l’énergie est appelé à augmenter. Pour notre pays, calculs, études* et différents scénarios convergent : en cas de sortie du nucléaire, le prix de l’électricité augmentera. En savoir plus

Et après 2025 ?

Suffisamment d’électricité jusqu’en 2025.

Article

Aujourd’hui, notre sécurité d’approvisionnement en électricité est toujours garantie. En moyenne, en 2017, notre mix électrique s’est composé à 58% de nucléaire, à 10% d’énergies renouvelables et à 32% de sources fossiles et autres. En savoir plus

Et après 2025 ?

Le stockage : un défi à relever

Article

Pour lutter contre le changement climatique, on investit de plus en plus dans les sources renouvelables comme les énergies éolienne, solaire, hydro-électrique et géothermique. Celles-ci émettent, comme l’énergie nucléaire, très peu de CO₂. En savoir plus

Au niveau international, la Belgique est perçue comme un acteur majeur du nucléaire.

Le maintien et le développement du savoir-faire et de la formation nucléaire

En Belgique, diverses organisations diffusent le savoir-faire nucléaire et en sont une illustration. 

  • La SCK•CEN Academy propose une large gamme de formations. L’année dernière pas moins de 1 300 étudiants et experts ont participé à un programme de formation au SCK•CEN. 
  • Quelque 100 étudiants bacheliers ou de master ont mené leur travail de fin d’étude au sein des laboratoires et 24 doctorants ont été sélectionnés afin d’entamer leur projet de recherche au SCK•CEN à Mol. 
  • Chaque année, grâce au Nuclear Track d’ENGIE, des dizaines de jeunes ingénieurs ont obtenu un emploi dans le secteur nucléaire belge via une formation.

La Belgique a une compétence unique

Ces dernières années, la Belgique a consolidé une compétence unique dans les différentes applications de la technologie, de la science et de l’industrie nucléaire. Si l’on ne développe pas plus avant ces compétences et ce savoir-faire, nous perdrons toutes les connaissances industrielles, scientifiques et techniques, et par là même, la réputation internationale que notre pays a acquise.

Ces compétences nucléaires doivent être préservées et leur développement poursuivi. Au niveau international, la Belgique est perçue comme un acteur majeur du nucléaire. Perdre ces compétences entraînerait, outre la perte concrète de milliers d’emplois, la perte de cette perception, dont la Belgique souffrirait sur la scène internationale. Nous ne pouvons pas céder notre place de leader.

Savoir-faire et expertise belges : une réalité

La Belgique est perçue, à juste titre, comme pionnière dans les différents domaines de la technologie nucléaire.Notre pays dispose d’une extraordinaire expertise nucléaire, et jouit d’une reconnaissance mondiale dans le domaine. Quelques exemples.

  • Le prix Nobel de physique qui a été décerné en 2013 au professeur belge François Englert pour sa recherche sur le boson de Brout-Englert-Higgs.
  • Notre pays a acquis une expertise hors du commun dans le domaine de l’énergie, notamment s’agissant de l’exploitation de réacteurs. 
  • Nous sommes également les plus grands producteurs de radio-isotopes médicaux.

Grâce à son expertise reconnue, la Belgique exporte son savoir-faire aux quatre coins du monde : pas seulement dans des pays disposant déjà de centrales nucléaires ou d’autres applications de la technologie nucléaire, mais également dans des pays qui ont décidé de développer un programme nucléaire.


Notre pays excelle également dans la médecine nucléaire, et continue à développer de nouvelles compétences. Qu’il s’agisse de protonthérapie, de radiologie classique, ou des progrès en matière de médecine personnalisée, notre pays joue son rôle de pionnier. Pour conserver ce leadership, nous devons à tout prix préserver et continuer à développer ces connaissances.

En 2016, National Geographic a consacré deux documentaires à l’expertise belge en matière de nucléaire, qui évoquent les nombreux domaines dans lesquels la Belgique est pionnière. Découvrez-les via les deux articles ci-dessous.

Le chercheur belge Ivan Ingelbrecht dans un labo à l'AIEA à Seibersdorf.

Secteur nucléaire, un incubateur pour l'innovation

Chaque année, les chercheurs du nucléaire belge publient plus de 1.000 articles et livres scientifiques, et effectuent des présentations officielles. Les universités, les hôpitaux et les centres de recherche industrielle mènent quotidiennement des recherches relatives aux applications de la technologie nucléaire.

Partout dans le monde, la technologie nucléaire est à la base de la recherche relative aux grands défis du XXIe siècle. Les laboratoires de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique), situé à Seibersdorf (près de Vienne) travaillent à trouver des solutions à différents problèmes. Quatre des six laboratoires sont dirigés par des chercheurs belges.

Vous en découvrirez ci-dessous plus sur les différents domaines dans lesquels la Belgique excelle en tant qu'acteur mondial de la technologie nucléaire : la médecine, le développement de réacteurs nucléaires modulaires (SMR), la recherche dans l'agriculture et le changement climatique et enfin MYRRRHA ; le prototype d'un réacteur de recherche piloté par un accélérateur de particules.

Innovation

Myrrha. Réacteur hybride : une première belge

Dossier

MYRRHA, qualifié de réacteur ‘hybride’ ou ‘sous-critique’, est piloté par un accélérateur de particules. Jamais un réacteur de ce type n’a encore été construit. MYRRHA est un projet de portée internationale, belge à l’origine, mené par le Centre d’Étude nucléaire belge (SCK-CEN) En savoir plus

Climat

L'énergie nucléaire et le changement climatique

Dossier

L’énergie nucléaire est une source d’énergie bas carbone. Les centrales nucléaires jouent donc un rôle significatif dans la lutte contre le changement climatique. En savoir plus

Médical

La Belgique à la pointe

Article

La Belgique joue un rôle majeur au niveau international dans ce domaine de haute technologie. De tous les hôpitaux du monde disposant d’un département de radiothérapie ou de médecine, un sur trois travaille avec la technologie belge. En savoir plus

Innovation

Bienvenue dans le monde des SMR

Dossier

L’intérêt pour les SMR est croissant dans le monde entier. En Belgique, le SCK•CEN et Tractebel sont à la pointe de l’innovation. En savoir plus

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus