Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Qui gère et contrôle nos déchets nucléaires ?

La Belgique est pionnière dans l'industrie nucléaire européenne et donc aussi dans la gestion des déchets nucléaires. Grâce à sa riche tradition nucléaire, la Belgique dispose de différents types de déchets, d'installations de traitement et de stockage. Quelles sont les autorités compétentes en la matière ?

En Belgique, l'Institut national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF), un organisme public indépendant, est responsable de la gestion des déchets radioactifs. Concrètement, cela comprend les tâches suivantes :

  • Faire l'inventaire : fin d'organiser efficacement la gestion des déchets, l'ONDRAF établit tous les cinq ans, sur la base d'un inventaire, la quantité et les types de déchets. Ils estiment également les volumes futurs de déchets, l'état de tous les sites et installations nucléaires contenant des substances radioactives en Belgique et les coûts de la gestion à court et à long terme du déclassement et de la décontamination.
  • L'assainissement et le démantèlement : Belgoprocess, la filiale industrielle de l'ONDRAF, assainit les sites 1 et 2 de Belgoprocess à Dessel et Mol. L'ONDRAF est également responsable du démantèlement et de la décontamination d'une partie de l'ancien site de Best Medical Belgium S.A. à Fleurus.
  • La gestion des combustibles enrichis : l'ONDRAF est responsable de la gestion des combustibles enrichis. Jusqu'en 1993, ceux-ci étaient récupérés par retraitement à l'étranger. Pour l'instant, ces matières fissiles sont stockées en toute sécurité sur le site des centrales nucléaires, jusqu'à ce que le gouvernement décide comment les gérer.
  • La recherche scientifique : toutes les activités de l'ONDRAF sont soutenues par des programmes de recherche scientifique, en collaboration avec des experts néerlandais et étrangers. Dans le laboratoire souterrain HADES à Mol, l'ONDRAF étudie depuis quarante ans le stockage géologique des déchets à vie longue.
  • La préparation de la politique : l'ONDRAF prépare toutes les décisions gouvernementales sur la gestion des déchets radioactifs, avec une expertise spécifique pour les décideurs politiques.
  • Les investissements socio-économiques : en collaboration avec les partenariats locaux STORA (Dessel) et MONA (Mol), l'ONDRAF prend des initiatives dans le cadre du stockage en surface pour améliorer le bien-être et la prospérité de la Campine.
  • La participation et l'engagement : l'ONDRAF attache une grande importance à la participation et à l'engagement de la population. Par exemple, elle organise des forums publics et des consultations publiques légales afin de créer une large base de soutien local. Il y aura également un nouveau centre d'accueil et d'information à Dessel, dénommé TABLOO.
  • Le financement à long terme des activités : l'ONDRAF établit des provisions pour financer la gestion à long terme des déchets radioactifs. Ces commissions sont versées dans des fonds spécialement constitués à cet effet : le fonds à long terme et le fonds à moyen terme.
Photo : Le nouveau centre d’information pour visiteurs TABLOO à Dessel

Belgoprocess, filiale de l'ONDRAF, assure donc un traitement sûr et efficace de nos déchets nucléaires issus de l'ensemble du secteur nucléaire, allant des centrales nucléaires au secteur médical et technologique, sur son site à Dessel. Après avoir été identifiés et triés, les déchets sont ensuite compactés. Par après, les résidus sont stockés en fûts dans des bâtiments dédiés sur les sites de Dessel (province d'Anvers), Doel et Tihange. Chaque phase de ce processus respecte les procédures de sûreté les plus strictes, selon le type de déchets radioactifs (LINK). Par conséquent, il ne présente aucun danger pour la population ou l'environnement.

Les exploitants des centrales nucléaires disposent également de leurs propres systèmes de traitement des déchets pour conditionner les déchets nucléaires. Par conditionnement, on entend l'immobilisation de la radioactivité, de sorte qu'elle ne puisse pas s'échapper de l'emballage des déchets. Belgoprocess stocke principalement des déchets de faible et moyenne activité à Dessel qui ne se trouvent pas sur le site de la centrale nucléaire. Le stockage a lieu dans des bâtiments spécialement conçus à cet effet. Une petite quantité de déchets de haute activité provenant du recyclage du combustible est déjà stockée dans un bunker spécialement adapté à cet usage. Grâce à sa conception très robuste, ce bâtiment unique en son genre peut résister aux scénarios d'accidents les plus graves, comme un impact d'avion.

L'innovation est omniprésente dans la gestion et le traitement des déchets radioactifs. Dans le secteur médical, les radio-isotopes sont utilisés plus efficacement pour le traitement des patients. La robotique la plus récente garantit également un travail sûr et efficace lors du démantèlement des installations nucléaires.

> Plus d’informations sur l’innovation dans le traitement des déchets

Enfin, l'AFCN veille à ce que l'ONDRAF, en tant que gestionnaire de déchets, fournisse un système de gestion des déchets qui apporte les garanties nécessaires à la protection de la population et de l'environnement contre les dangers des rayonnements ionisants associés à ce type de déchets. L'AFCN vérifie également si les producteurs de déchets effectuent leur travail en toute sécurité, y compris pour le tri et la caractérisation des déchets. L'AFCN élabore des réglementations spécifiques pour ces installations (en particulier des manuels techniques pour le stockage en surface et en couches géologiques profondes).

Photo : Le bâtiment de stockage des déchets conditionnés de faible activité sur le site de Belgoprocess (source : Belgoprocess)

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus