Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

L’énergie nucléaire : essentielle dans la lutte contre le changement climatique
L’énergie nucléaire : essentielle dans la lutte contre le changement climatique

L’énergie nucléaire : essentielle dans la lutte contre le changement climatique

Le climat change sur terre. Là-dessus, tout le monde est d’accord. L’effet de serre, dû aux émissions de CO2, a d’énormes conséquences pour notre planète. Afin de limiter à 2°C la hausse de température, de nombreux pays du monde entier doivent fournir des efforts considérables.

"De plus en plus de scientifiques voient l’énergie nucléaire comme un élément essentiel de la solution au changement climatique"

Réduire les émissions de CO2

Aujourd’hui, le mix énergétique est constitué à 70% d’énergies fossiles. D'ici 2050, nous devrons limiter la hausse de température moyenne sur Terre à 2°C. Les Nations-Unies préconisent une réduction de 50 % des émissions de CO2 d’ici 2050 par rapport à 1990 et une émission nulle d’ici 2100. 

Si nous voulons limiter l’augmentation de la température à 2°C, la part d’énergies fossiles ne devra pas excéder les 20% d’ici 2050. Idem pour l’électricité, principal vecteur d’émissions de CO2. L’énergie nucléaire est une source d’énergie bas carbone. Les émissions de CO2 pour l’ensemble de son cycle de vie se situent au même niveau que l’éolien et le solaire. Par contre, les centrales alimentées au gaz et au charbon émettent respectivement 30 fois plus et 50 fois plus que les énergies nucléaire et renouvelables. 

Ici, les experts appellent à un changement de système avec un désengagement des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) qui représentent encore 70 % du mix électrique mondial. Un objectif qui exige l’utilisation de toutes les sources d’énergie pauvres en CO2 telles quel’énergie nucléaire, le vent et le soleil, entre autres.

La menace des 6°C

Il faut trouver une solution, d’urgence. La consommation mondiale d‘énergie ne cesse d’augmenter. Elle a quadruplé depuis 1965 et l’on prévoit qu’elle doublera au cours des prochaines décennies. Si les pays du monde entier ne prennent pas de mesures draconiennes, la température moyenne sur terre augmentera de 6°C. Un chiffre nettement supérieur aux 2°C que les scientifiques considèrent généralement comme le maximum admissible.

Les émissions de CO2 par source d'énergie.

Finalement, combien de CO2 une centrale nucléaire produit-elle ?

L’énergie nucléaire est une source d’énergie bas carbone. Construction et démantèlement compris, une centrale nucléaire produit aussi peu de CO2 que les éoliennes et les panneaux solaires. L’Agence internationale de l’énergie (IEA) a calculé qu’au cours des 50 dernières années, l’énergie nucléaire a permis de diminuer la production de CO2 de 56 gigatonnes. Un chiffre qui correspond aux émissions de CO2 mondiales pendant deux ans.

Et l’énergie nucléaire en Belgique ?

Le bureau d’études PricewaterhouseCoopers a réalisé une étude sur les émissions de CO2 en Belgique. Il en ressort qu’avec l’énergie nucléaire, le secteur de l’électricité en Belgique émettrait 13 millions de tonnes de CO2 en 2030 contre 27 millions de tonnes si l’on fermait nos centrales nucléaires (en les remplaçant par un mix d’énergies renouvelables et de gaz). C’est du simple au double.

Selon une étude basée sur un calcul précis des conséquences d’une sortie du nucléaire sur notre environnement, l’Université de Gand arrive à un résultat similaire. Cette étude démontre que les émissions de CO2 augmenteront considérablement si nous fermons les centrales nucléaires en 2025. Même si, d’ici 2030, nous disposons de trois fois plus d’énergies renouvelables qu’actuellement, les émissions de CO2 produites par notre production d’énergie augmenteront considérablement (de 146%).

Les Nations-Unies préconisent une réduction de 50 % des émissions de CO2 d’ici 2050.

L’enjeu : l’avenir de notre planète

Aujourd’hui, le mix énergétique est constitué à 70% d’énergies fossiles. D'ici 2050, nous devrons limiter la hausse de température moyenne sur Terre à 2°C. Les Nations-Unies préconisent une réduction de 50 % des émissions de CO2 d’ici 2050 par rapport à 1990 et une émission nulle d’ici 2100. 

Si nous voulons limiter l’augmentation de la température à 2°C, la part d’énergies fossiles ne devra pas excéder les 20% d’ici 2050. Idem pour l’électricité, principal vecteur d’émissions de CO2. Ici, les experts appellent à un changement de système avec un désengagement des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) qui représentent encore 70 % du mix électrique mondial. Un objectif qui exige l’utilisation de toutes les sources d’énergie pauvres en CO2 telles quel’énergie nucléaire, le vent et le soleil, entre autres.

Les énergies renouvelables, à elles seules, ne suffisent pas

Heureusement, on note ces dernières décennies des avancées pour réduire les émissions de CO2. En Suède, par exemple, la moitié de l’énergie est produite par les centrales hydroélectriques, l’autre moitié par les centrales nucléaires. Ces pays peuvent ainsi réduire les émissions de CO2 au minimum. En Belgique, la proportion de l’énergie produite par les éoliennes et les panneaux solaires est de 10 à 15%, tandis que les centrales nucléaires représentent 40 à 50%.

Les énergies renouvelables sont une pièce importante du puzzle. Mais celles-ci ont leurs limites. Le soleil et le vent peuvent fournir environ 10 à 15 % de l’électricité en Belgique, quand ils sont au rendez-vous… Ce sont là des réponses insuffisantes aux défis énergétiques et climatiques auxquels nous devons faire face. Energies renouvelables et énergies nucléaires sont compatibles et font partie de la solution pour un mix énergétique bas carbone. Le maintien ou la prolongation de l’énergie nucléaire n’est pas en contradiction avec le développement des énergies renouvelables.

Etude PwC: Le rôle du nucléaire et des renouvelables au sein de la transition énergétique

La combinaison d’énergies nucléaire et renouvelables est la seule qui permette à long terme l’adéquation en matière de stabilité des prix de l’électricité, de sécurité d’approvisionnement et d’atteinte des objectifs climatiques. C'est la conclusion claire d'une étude menée par le consultant PwC Enterprise Advisory sur la transition énergétique belge aux horizons 2030 et 2050.

L'étude montre que seule une production d’électricité combinant les énergies renouvelables et le nucléaire permettra d’atteindre les objectifs climatiques européens et les taux de renouvelables retenus par le Bureau fédéral du Plan.

A contrario, sans nucléaire, la Belgique connaitra une dégradation considérable de son bilan carbone à l’horizon 2050, et cela malgré le développement massif de sources renouvelables. En l’absence de capacité nucléaire, les paramètres compétitivité, sécurité d’approvisionnement et CO2 sont en réalité tous mis à mal ; il faudrait alors recourir aux importations et aux centrales plus onéreuses.

L’étude confirme, sans équivoque, que le nucléaire ne va pas à l’encontre du renouvelable et que les deux sont complémentaires. Cette complémentarité assure une énergie fiable, abordable et durable, comme le veut la stratégie énergétique européenne.

Pourquoi de plus en plus de scientifiques et de climatologues croient-ils à l’énergie nucléaire ?

Un grand nombre d’organisations, de climatologues et de scientifiques sont d’accord : l’énergie nucléaire est nécessaire pour réduire les émissions de CO2 mondiales dans le temps imparti. Ils se basent sur des données objectives. Les organismes officiels également considèrent que l’énergie nucléaire fait partie de la solution contre le changement climatique. Citons les Nations Unies, l’IPCC (groupe d’experts intergouvernemental) et l’Agence internationale de l’énergie (IEA). Sans oublier de grandes figures internationales comme le Président Obama, le Dalai Lama ou Bill Gates qui plaident également en faveur du nucléaire.

Et en pratique, ont-ils raison ?

Oui. Pour constater que l’énergie nucléaire aide les pays à limiter leurs émissions de CO2, il suffit de regarder ce qui se passe en Allemagne. La sortie accélérée du nucléaire en Allemagne n’a pas pu être complètement compensée par un mix d’éoliennes et d’énergie solaire. L’Allemagne compense donc en utilisant du charbon et de la lignite. Une importante augmentation de ses émissions de CO2 s’en est suivie. Notre dossier sur l’Allemagne vous donnera plus d’informations à ce sujet.

C’est le même cas de figure au Danemark qui connaît le plus haut taux d’émissions de CO2 par habitant (en Europe). 50% de l’électricité y est produite par les éoliennes. Toutefois, lorsqu’il n’y a pas de vent, le pays recourt à 100% aux énergies fossiles.


Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus