Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

La technologie nucléaire dans la lutte contre les mouches de fruits.
La technologie nucléaire dans la lutte contre les mouches de fruits.

Une technique féconde pour détruire les insectes nuisibles

L’alimentation dans le monde est l’un des défis majeurs d’aujourd’hui et de demain. La protection des cultures contre les insectes ravageurs est donc vitale. La technologie nucléaire offre une alternative propre aux pesticides pour lutter contre ce fléau : la Technique de l’Insecte Stérile.

Les toutes petites mouches des fruits (quelques millimètres) semblent bien innocentes. Pourtant, elles sont responsables pour des milliards d’euros de dégâts aux cultures dans le monde. Car c’est par milliards qu’elles infestent les champs de fruits, se nourrissant de la pulpe des fruits et s’y développant. Ce fléau déprécie la valeur marchande des fruits et les rend impropres à l’exportation, appauvrissant ainsi des régions entières.

Moins de pesticides

L’utilisation de pesticides  pour lutter contre ces insectes nuisibles constitue un autre problème. 59 milliards de dollars sont consacrés annuellement à l’achat de pesticides qui peuvent nuire à la qualité de l’alimentation, à la santé publique et à l’environnement. 

Pour protéger les cultures contre ces insectes, la science nucléaire a mené de nombreuses recherches en vue d’une lutte biologique ciblée, respectueuse de l’environnement. Ainsi est née la Technique de l’Insecte Stérile (TIS). L’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) a établi le protocole, contrôle les installations et dispose de ses propres laboratoires à Seibersdorf (Vienne). 

La TIS pour supprimer une véritable tueuse de cultures

La méthode de la TIS ? Un « contrôle des naissances  » des insectes nuisibles ! Pour lutter contre la mouche des  fruits, la TIS repose sur l’élevage en masse de mouches mâles. Ces mâles sont ensuite stérilisés par rayonnement gamma et lâchés massivement dans la nature où ils ne peuvent plus se reproduire. En répétant cette opération sur plusieurs générations, la population de mouches décline et finit par s’éteindre.

Le Guatemala déclare la guerre aux mouches

Chaque jour, 45 millions de mouches mâles stériles doivent être dispersées parmi la population de mouches sauvages.

El Pino (Guatemala), le centre d’élevage en masse le plus important au monde, applique la Technique de l’Insecte Stérile à très grande échelle. Chaque jour, des milliards de mouches des fruits stériles sont lâchés dans des zones tampon pour éviter que des régions entières ne soient infestées.

Découvrez l'histoire

Première étape : séparer les mâles et les femelles

La première étape de la TIS consiste à séparer les mâles et les femelles. Les pupes (mouches au stade larvaire) sont triées par millions de façon automatisée. Ce procédé, appelé sexage génétique, utilise soit une mutation chimique chromatique des pupes, soit une augmentation de la sensibilité des pupes femelles à la chaleur.

Les pupes sont traités par des rayons gamma dans l'appareil Gammacell

Deuxième étape : l'irradiation

Une fois les mâles isolés, on fait appel à la technologie nucléaire proprement dite. Cela ne signifie absolument pas que les mouches deviennent radioactives. Elles sont tout simplement traitées par des rayons gamma qui transforment leur matériel génétique et affectent uniquement les cellules reproductives. 

Les mouches stérilisés sont lâchés dans l'air.

Dernière étape : lâcher les mouches stérilisées

La dernière étape consiste en un lâcher spectaculaire de millions de mâles stériles par voie aérienne. Leur nombre doit en effet l’emporter sur celui des mâles sauvages féconds si l’on veut mener à bien la mission d’éradication.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus