Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

La recherche nucléaire contre les moustiques et la malaria
La recherche nucléaire contre les moustiques et la malaria

La recherche nucléaire contre les moustiques et la malaria

Chaque année dans le monde, des millions de personnes sont infectées par des insectes porteurs de maladies. Et des centaines de milliers y laissent la vie. La technologie nucléaire offre une stratégie durable pour décimer ces insectes tueurs : la Technique Stérile de l’Insecte.

La Technique Stérile de l’Insecte (TIS) repose sur l’élevage en masse d’insectes, suivie de la stérilisation des mâles. Ceux-ci sont ensuite massivement lâchés dans la nature où ils ne pourront plus assurer la reproduction de leur espèce. La TIS permet ainsi de réduire considérablement la population de ces insectes et, répétée sur plusieurs générations, de les éradiquer.

Exterminer les moustiques pour éviter les épidémies

Les épidémies de dengue et le virus zika font malheureusement des ravages dans le monde entier. Outre les mesures médicales d’urgence, les Nations Unies font également intervenir l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) afin d’éradiquer ce qui cause ces catastrophes humaines : les moustiques porteurs de maladies.

L’épidémie de dengue au Pakistan

En 2011, une épidémie d’une ampleur désastreuse s’est déclarée au Pakistan. La maladie a touché 27.000 personnes et a fait 322 morts. C’est la femelle du moustique Aedes aegypti qui est responsable de cette tragédie.

Parallèlement aux aides médicale et logistique d’urgence, les Nations Unies demandent à l’AIEA d’intervenir pour une prévention durable. La saison des moussons, avec ses pluies torrentielles parfois prolongées et l’élévation des températures, est en effet un facteur récurrent de propagation.

Deux mesures prioritaires sont mises en places afin d’appliquer la Technique de l’Insecte Stérile et d’éviter de futurs drames humains : l’établissement d’une banque de données scientifiques et la formation spécifique de scientifiques sur place. 

La recherche nucléaire contre les moustiques et la malaria

Journée mondiale de la lutte contre la Malaria : la recherche nucléaire contre la malaria

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la moitié de la population du monde est menacée par la malaria (ou paludisme) et près d’ un demi-million de personnes en meurent chaque année. 90% de ces décès touchent l’Afrique, où un enfant meurt de paludisme chaque minute…

La dengue aussi est responsable de véritables drames humains. On estime le nombre de cas mortels à 12 500 par an, surtout parmi les enfants. Ces dernières décennies, l’incidence de la dengue a en outre dangereusement progressé.
Endormir, pour toujours, la mouche tsé-tsé

La mouche tsé-tsé véhicule un virus mortel, le trypanosome, qui attaque le sang et le système nerveux de l’homme et du bétail. L’AIEA, en collaboration avec le gouvernement tanzanien et le Centre d’élevage de mouches stériles de Tanga, a appliqué avec succès la Technique de l’Insecte Stérile. L’espèce G. austeni a été éradiquée sur l’île d’Unguja dans l’archipel de Zanzibar.

Nuclear Lifeline : Les applications de la technologie nucléaire

La technologie nucléaire mise en avant sur National Geographic

Le documentaire « Nuclear Lifeline » de National Geographic vous fait découvrir et illustre le rôle crucial de la technologie nucléaire dans notre vie quotidienne aujourd’hui et à l’avenir. Songez aux applications en matière de médecine ou de santé ; ou encore d’alimentation, d’agriculture ou d’approvisionnement en eau qui sont essentiels avec l’intensification des effets du changement climatique. Le Forum nucléaire a collaboré au développement de ces deux reportages.

Dans ce deuxième épisode « Nuclear Lifeline », s’intéresse aux applications de la technologie nucléaire dans la lutte contre le changement climatique. Trois applications de la technologie nucléaire sont ici mises en avant :  l’irradiation des mouches de fruits au Guatemala, dans un objectif d’aide agricole, l’irradiation des plantes dans un objectif de durabilité, et le développement de vaccins médicaux. Les créateurs ont suivi des chercheurs belges dans les laboratoires de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA, le laboratoire des Nations Unies) à Seibersdorf, en Autriche.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus