Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Les sols et l’eau : mesurer pour mieux gérer
Les sols et l’eau : mesurer pour mieux gérer

Les sols et l’eau : mesurer pour mieux gérer

Nous sommes de plus en plus nombreux sur terre. La demande alimentaire est donc en constante augmentation. L’approvisionnement en nourriture est un grand défi et le changement climatique le rend encore plus difficile…

En effet, le changement climatique change la donne. Nous devons donc réfléchir autrement pour soutenir l’agriculture efficacement et assurer notre sécurité alimentaire.  D’où l’émergence de l’Agriculture intelligente face au climat (AIC), un concept relativement récent. 

La devise : mesurer pour mieux gérer 

Face au changement climatique, il faut plus que jamais rationaliser les ressources pour l’agriculture, telles que les sols, l’eau et les engrais. Comment ? En faisant plus, avec moins. C’est le credo de l’AIC et des laboratoires de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Seibersdorf (Vienne).

Ces laboratoires de l’AIEA possèdent une section Gestion des sols et de l’eau et Nutrition des plantes. Celle-ci utilise des techniques nucléaires pour mesurer et contrôler les sols, l’eau et les nutriments. Ce sont ensuite ces analyses qui servent de point de départ aux stratégies et pratiques agricoles intelligentes et durables.

« Pour nourrir une population qui croît rapidement, nous avons besoin de cultures de qualité. Et pour avoir des cultures de qualité, il nous faut des sols de qualité. C’est aussi simple que cela. »

Le sol, c’est la base

40% des sols de la planète servent à l’agriculture. Malheureusement, ils sont de plus en plus menacés par la sécheresse, la salinité́, l’érosion et la perte de qualité nutritionnelle.

La technologie nucléaire joue un rôle important dans l’amélioration de la fertilité des sols et de la sécurité alimentaire. Dans ces domaines, les laboratoires de Seibersdorf sont très actifs. 

Les laboratoires effectuent une batterie de mesures à l’aide de techniques nucléaires en vue de mettre au point des pratiques climatiquement rationnelles. Ces nouvelles stratégies renforcent la résistance des sols aux impacts du climat, augmentent leur productivité́, favorisent la séquestration du carbone dans les sols et enfin, réduisent les émissions de gaz à effet de serre dues à l’exploitation de terres agricoles et à l’élevage du bétail.

En outre, les laboratoires de l'AIEA renforcent la capacité des États Membres des Nations Unies à évaluer les répercussions qu’ont le changement et les écarts climatiques sur l’érosion des sols, la dégradation et la salinisation des terres ainsi que sur l’appauvrissement des éléments nutritifs.

Mieux cultiver, en diminuant les émissions des gaz à effet de serre

20% des émissions de gaz à effet de serre, causées par l’activité humaine, proviennent de l’agriculture. Les technologies nucléaires peuvent contribuer à réduire ces émissions de gaz qui proviennent des sols.

Le dioxyde de carbone (CO2) et l’oxyde nitreux (N2O) sont deux des principaux gaz à effet de serre provenant des sols. La FAO et le l’AIEA proposent aux exploitants une formation à l’agriculture de conservation afin de réduire les rejets de gaz à effet de serre : il s’agit de retenir les résidus végétaux à la surface des sols et d’effectuer une rotation des cultures

Ces pratiques permettent aux sols d’absorber plus de carbone et de réduire les rejets. A l’aide de techniques nucléaires, les scientifiques analysent les isotopes de carbone et d’oxygène rejetés. Les résultats leur donnent une indication sur la manière de retenir ce carbone dans les sols. C’est ce qu’on appelle la séquestration de carbone.

Et l’oxyde nitreux ? Il est produit et rejeté naturellement dans et par le sol, et il se trouve également dans de nombreux engrais. Grâce à un humidimètre à neutrons, les scientifiques peuvent mesurer la quantité d'azote que la plante peut absorber naturellement. Ces données leur permettent d'apporter l’exacte quantité d’azote nécessaire à la plante, de réduire les rejets d'azote dans l'atmosphère et de diminuer la quantité d’engrais utilisée. 

Les engrais : moins, c’est mieux

Les engrais coûtent cher. Pour les pays en voie de développement, ils représentent une dépense énorme.  Afin de rationaliser leur utilisation, il faut pouvoir mesurer l’absorption optimale de l’engrais par le végétal. Pour effectuer ces mesures très précises, il n’existe qu’une méthode : l’utilisation de traceurs isotopiques dans l’élément nutritif des engrais. L’AIEA a mis au point un programme de recherche intensif qui permet aujourd’hui d’utiliser les engrais en quantités nettement moins importantes.

L’eau, précieuse et vitale

L’agriculture utilise environ 70 % de la consommation mondiale d’eau. Le changement climatique peut entraîner des périodes de sécheresse ou des variations de la qualité de l’eau suite à des événements météorologiques extrêmes comme des inondations ou des tempêtes. Une utilisation rationnelle de l’eau est donc indispensable.

Pour aider à protéger et à mettre en valeur les ressources en eau, l’AIEA et ses laboratoires à Seibersdorf assistent des projets dans les États Membres des Nations Unies. Dans ce cadre, des isotopes stables et radioactifs, ainsi que des méthodes analytiques nucléaires très sensibles, sont utilisés.  Les techniques isotopiques permettent de comprendre l’origine, le volume et le comportement des ressources en eau pour élaborer et appliquer ensuite des stratégies de gestion durable. Résultat : une utilisation plus rationnelle de l’eau dans les exploitations agricoles, de meilleures techniques d’irrigation et l’accroissement de la production.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus