Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Matthias Meersschaert
Matthias Meersschaert
Porte-parole
Forum nucléaire belge

Opinion - Choisir un mix énergétique décarboné pour notre climat

Le coup d’envoi de la 22e conférence des Nations Unies sur le climat (COP22) a été donné ces jours-ci à Marrakech. 

On ne peut que se réjouir de la considération sérieuse dont le climat fait désormais l’objet, surtout lorsque l’on sait que si la température de la Terre venait à dépasser le seuil de 2 degrés Celsius au cours de ce siècle, les dommages portés au climat et à la biodiversité deviendraient irréversibles, avec toutes les conséquences que l’on connaît. La tendance peut cependant être inversée, mais il nous faut pour cela passer à un parc de production d’électricité presque totalement décarboné d’ici 2050.

Le seul moyen d’y arriver pour la Belgique, selon une récente étude de PwC Enterprise Advisories, serait de construire un mix énergétique s’appuyant à la fois sur l’atome et le renouvelable. Bon nombre d’autres organisations internationales reconnues abondent dans ce sens et confirment le rôle primordial de l’énergie nucléaire dans la réduction des émissions de CO2. Rappelons à cet égard que les centrales nucléaires émettent aussi peu de CO2 que les éoliennes et panneaux photovoltaïques de dernière génération, et qu’en Belgique, près des trois quarts de l’électricité faiblement carbonée provient du nucléaire. Par conséquent, fermer nos centrales se traduirait immanquablement par une croissance considérable de nos émissions de CO2.

Les centrales nucléaires émettent aussi peu de CO2 que les éoliennes et panneaux photovoltaïques de dernière génération.

Les énergies renouvelables sont essentielles à la construction d’un mix énergétique décarboné et au maintien d’un climat durable. Les énergies solaire et éolienne (comme énergies de substitution aux combustibles fossiles) représentent d’ailleurs une part de plus en plus grande de notre production d’énergie. Pour preuve, le Bureau fédéral du Plan estime qu’environ 67 % de la production d’électricité de la Belgique proviendra de sources renouvelables en 2050.

Il incombe dès lors à chaque État d’analyser les sources d’énergie qu’il souhaite et qu’il peut exploiter en plus des énergies renouvelables, afin d’atteindre ses objectifs climatiques et de garantir sa sécurité d’approvisionnement, à un prix abordable. Songez à l’Allemagne par exemple, qui n’a eu d’autre choix que de rouvrir des centrales au lignite (charbon) très polluantes après avoir procédé à la fermeture de ses centrales nucléaires. Loin d’avoir concrétisé ses ambitions, elle a obtenu des résultats totalement opposés à ceux escomptés. Conséquence : l’Allemagne figure aujourd’hui parmi les plus grands pollueurs d’Europe, avec des émissions dix fois supérieures à celles de pays comme la Suède ou la France qui ont développé le renouvelable aux côtés du nucléaire.

Aussi bien l’atome que le renouvelable ont toute leur place dans un mix énergétique faiblement carboné.

Élaborer un mix énergétique ne consiste donc pas à exclure une source d’énergie au profit d’une autre. C’est tout le contraire. Il s’agit de les associer pour en tirer le meilleur parti. Aussi bien l’atome que le renouvelable ont toute leur place dans un mix énergétique faiblement carboné, et le maintien du nucléaire n’entrave aucunement le développement des sources renouvelables, loin s’en faut. Mieux encore, l’association renouvelable-nucléaire constitue la seule option réaliste dont dispose la Belgique si elle veut espérer remplir ses objectifs climatiques d’ici 2050.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus