Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Opinion en marge des discussions relatives au Pacte énergétique belge
Opinion en marge des discussions relatives au Pacte énergétique belge
Matthias Meersschaert
Matthias Meersschaert
Porte-parole
Forum nucléaire belge

Le paradoxe d’une sortie du nucléaire en Belgique

Pas une semaine ne passe sans qu’un nouveau rapport ou une nouvelle étude nous démontre que la température sur notre planète est en train d’évoluer dangereusement. De nouveaux records de chaleur sont pulvérisés chaque année et jamais autant de particules fines n’ont été décelées dans l’air…

Dans les semaines à venir, les ministres belges de l’Énergie se rassembleront à nouveau pour discuter d’un nouveau pacte énergétique en Belgique. L’objectif ? Se doter d’une politique énergétique à long terme afin de sécuriser notre approvisionnement en électricité décarbonée, tout en maintenant les prix à un niveau abordable.

En termes de durabilité, le consensus semble régner : nous devons produire une électricité qui fait davantage appel aux énergies renouvelables, une électricité qui émette moins de dioxyde de carbone et de particules fines, néfastes pour le climat.

En matière d’émissions, la Belgique obtient plutôt de bons résultats. Grâce à nos centrales nucléaires et aux énergies renouvelables, notre mix énergétique est aux trois quarts faiblement carboné. Précisons dans la foulée que c’est principalement au nucléaire que nous devons notre électricité pauvre en carbone.

C’est précisément là que se situe le paradoxe : certains souhaitent fermer les centrales nucléaires et ne miser que sur les énergies renouvelables, alors que les centrales nucléaires permettent à la Belgique d’afficher un relativement bon bulletin en matière d’émissions de CO2. Les partisans de la fermeture des centrales nucléaires risquent d’obtenir des résultats contraires à ceux qu’ils escomptent. En effet, si la Belgique sort du nucléaire en 2025, les émissions de CO2 s’envoleront. Et bien au-delà des seuils d’alerte. Les émissions oscilleront pendant des décennies à des sommets bien supérieurs aux niveaux actuels. Alors que les experts environnementaux plaident pour bannir le plus rapidement possible toutes les énergies fossiles, la Belgique envisage de fermer ses centrales nucléaires en 2025 mais de garder les unités à combustibles fossiles...

L’exemple de l’Allemagne, qui souhaite fermer toutes ses centrales nucléaires d’ici 2022, est très instructif : elle a pris la décision récemment de maintenir ouvertes pendant encore au moins 40 ans les centrales au lignite. L’Allemagne et le Danemark, qui aiment se présenter comme des exemples verts, obtiennent de mauvais scores en termes d’émissions de CO2. Les chiffres le prouvent (1) : L’Allemagne produit ainsi dix fois plus de dioxyde de carbone que la France, qui combine nucléaire ET renouvelable. Dans l’ensemble, les pays européens affichant les meilleurs résultats en matière d’émissions de CO2 sont d’ailleurs tous des pays recourant à l’énergie nucléaire.

Fermer les centrales nucléaires et réduire les émissions de CO2 est donc incompatible. C’est la raison pour laquelle nous plaidons pour que l’énergie nucléaire fasse partie du mix énergétique, à côté de l’énergie renouvelable. Cette combinaison donnera toutes les chances à la Belgique de décarboner son électricité et de sécuriser son approvisionnement en électricité, tout en maintenant les prix à un niveau abordable.


(1) Les chiffres sont disponibles auprès de l’ENTSOE et consultables en temps réel sur www.electricitymap.org

Sources et chiffres : Etude PwC : Réussir la transition énergétique. Le rôle de l’électronucléaire et des énergies renouvelables en Belgique, 2016.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus