Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Opinion - Demain, comment allons-nous produire notre électricité ?
Opinion - Demain, comment allons-nous produire notre électricité ?
Matthias Meersschaert
Matthias Meersschaert
Porte-parole
Forum nucléaire belge

Opinion - Demain, comment allons-nous produire notre électricité ?

Chaque décision a ses avantages et ses inconvénients. Notre pays doit faire des choix pour son futur mix énergétique. Regardons les faits. Par mix énergétique, l’on entend toutes les manières possibles de produire de l’électricité. De nombreux éléments y entrent en jeu ! Comment rendre l’électricité de l’avenir bas-carbone ? Comment conserver une facture d’énergie abordable ? Comment éviter les coupures de courant ? Dans cet article, nous entendons débattre de l’avenir de notre production d’électricité.

Tous les espoirs sont placés dans les énergies renouvelables

Aujourd’hui, l’éolien et le solaire assurent déjà environ 15 % de la production d’électricité totale dans notre pays. Le Bureau fédéral du Plan estime qu’à l’horizon 2030, la part de l’énergie renouvelable augmentera jusqu’à 44 %. Si ces perspectives sont encourageantes, il n’en demeure pas moins que la production sera insuffisante pour répondre à la demande. Qui plus est, l’éolien et le solaire sont intermittents. En effet, si un vent fort est associé à un ensoleillement très important, il en résulte un pic de production considérable sur le réseau électrique. L’inverse est aussi vrai… Si le ciel est couvert et que le vent est nul, les éoliennes et les panneaux solaires produisent très peu d’électricité. Cette pénurie doit donc être comblée par d’autres sources d’énergie. Dans un avenir plus ou moins lointain, nous pourrons peut-être stocker de l’énergie dans des méga batteries pendant les pics de production pour la réutiliser lorsque la production est trop faible. Pour le moment, cette option ne peut toutefois pas être déployée à grande échelle.

Combustibles fossiles ? Oui, mais ...

Afin de compenser le caractère intermittent de la production d’électricité solaire et éolienne, nous pourrions utiliser des centrales qui utilisent des combustibles fossiles. Les centrales thermiques au gaz (ou au charbon ou au pétrole) sont en mesure de s’acquitter de cette tâche. Cependant les combustibles fossiles émettent beaucoup de CO2. La terre se réchauffe en raison de l’effet de serre. Un des gaz à effet de serre qui contribue à ce problème est le dioxyde de carbone ou CO2. En dépit de ce désavantage connu, le charbon, le gaz et le pétrole produisent encore environ 70 % de la production d’électricité dans le monde. En Belgique, ce chiffre est d’environ 20 à 30 %. Pouvons-nous nous permettre de continuer à utiliser des combustibles fossiles alors que le changement climatique est une réalité ? Si nous ne maintenons pas le réchauffement de notre planète sous les 2° C à l’horizon 2100, les conséquences seront désastreuses. Sur le plan économique, opter pour la poursuite de l’utilisation de combustibles fossiles ne sera pas sans conséquence. En effet, l’importation de gaz et de charbon nous rend dépendants d’autres pays et les prix sont soumis à des fluctuations importantes.

Les avantages de l’énergie nucléaire en compensent-ils les inconvénients ?

Lorsqu’on évoque l’énergie nucléaire, c’est souvent sous un angle négatif. Les centrales nucléaires sont-elles suffisamment sûres ? Que faire des déchets nucléaires ? Etc. Pourtant, l’énergie nucléaire présente quelques avantages indéniables. C’est par exemple grâce aux centrales nucléaires que notre pays est en bonne voie d’atteindre ses objectifs climatiques. Le combustible nucléaire émet peu de carbone, les centrales nucléaires ne dégagent quasiment pas de CO2 ou d’autres gaz à effet de serre. Dans le cas des combustibles fossiles, ces gaz se retrouvent dans l’atmosphère et nous les respirons. Par ailleurs, tant que nous avons des centrales nucléaires, nous disposons d’une sécurité d’approvisionnement. Même en l’absence de vent et de soleil, l’énergie nucléaire assure plus de la moitié de la production d’électricité. Mais qu’en est-il des désavantages de l’énergie nucléaire ? Ne sont-ils pas exagérément grossis sous la loupe de ses détracteurs ? Ou constituent-ils un problème insurmontable ? Il est un fait que nombreux sont ceux qui craignent l’énergie nucléaire après Fukushima et Tchernobyl. Mais quel en a été le véritable impact ? Replaçons tout cela dans une perspective plus large …

La centrale nucléaire de Tihange.

Que faisons-nous de nos déchets nucléaires ?

Les centrales nucléaires produisent des déchets nucléaires. Pour être précis, environ 5 grammes de déchets hautement radioactifs par Belge et par an. À l’échelle mondiale, les déchets nucléaires représentent 1 % des déchets industriels. Cependant, ces déchets nucléaires ne se retrouvent pas dans l’environnement. Ils sont soumis aux réglementations les plus sévères et sont rigoureusement stockés en vue de protéger l’homme et l’environnement. Un point positif est la baisse de la nocivité des déchets radioactifs en fonction du temps. Cependant, la radioactivité reste présente très longtemps pour environ 1 % de tous ces déchets radioactifs. Jusqu’à quelques dizaines de milliers d’années... Les déchets radioactifs sont constitués de matière fissile non utilisée qui émet encore de la chaleur, de l’énergie et de la radioactivité pendant longtemps. Pour le moment, il n’existe pas encore de manière concrète de réutiliser ces déchets à 100% comme source d’énergie, de les transformer ou de les éliminer. Cependant, la science et la recherche évoluent à grands pas. Le stockage géologique est une des solutions possibles. Les déchets sont placés à grande profondeur dans des couches géologiques stables pour les siècles à venir. Mais ce n’est pas la seule option. Il existe ainsi un projet belge du SCK·CEN (Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire) de Mol qui réutilise les déchets radioactifs comme combustible pour de futurs réacteurs, et résout ainsi le problème des déchets. Il s’agit d’un projet qui se concrétisera dans quelques années.

Les centrales nucléaires sont-elles sûres ?

Les accidents de Tchernobyl et Fukushima ont provoqué une vague de réactions négatives et créé un climat de peur autour de l’énergie nucléaire. Cette réaction est compréhensible. Et pourtant, le secteur nucléaire reste le secteur le plus sécurisé et le plus contrôlé au monde. Une centrale nucléaire est ainsi soumise chaque année à quelque 50 audits. L’AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire) dispose en permanence de contrôleurs sur tous les sites nucléaires. Aucun accident grave ne s’est produit en Belgique en 40 ans d’existence. C’est un fait. Les tests de résistance de sûreté (stress tests) ont prouvé que les centrales nucléaires belges font partie des centrales les plus sûres d’Europe. Lorsque des « microfissures » – il s’agit en fait d’inclusions d’hydrogène – ont été constatées et que leur origine n’apparaissait pas clairement, l’exploitant des centrales a, de sa propre initiative, a fermé les installations pendant près de deux ans de sorte que les enquêtes nécessaires puissent être effectuées.

Les centrales nucléaires sont-elles suffisamment flexibles ?

Les centrales nucléaires assurent la sécurité d’approvisionnement, mais sont-elles suffisamment flexibles pour compenser la courbe de production intermittente des sources d’énergie renouvelable ? Selon les détracteurs du nucléaire, la réponse serait négative. Il est vrai que les centrales au gaz peuvent démarrer plus vite que les centrales nucléaires. Le désavantage de ces centrales au gaz est l’émission de grosses quantités de CO2. Les centrales nucléaires peuvent être conçues de telle sorte qu’elles modulent leur production en fonction de la demande. À terme, nous nous attendons à des investissements massifs dans les batteries pour le stockage de l’électricité. Ainsi, la complémentarité entre les sources d’énergie renouvelable et les centrales nucléaires n’en sera encore que meilleure.

Des choix devront encore être faits pour notre mix énergétique. Le fait de miser sur l’énergie renouvelablerelève de l’évidence. Mais que faire tant que la part d’énergie renouvelable est insuffisante pour répondre à la demande ? Allons-nous choisir des combustibles fossiles qui risquent de menacer la réalisation de nos objectifs climatiques, ou opterons-nous pour l’énergie nucléaire avec ses avantages et ses inconvénients. Il semble évident que l’énergie nucléaire doit continuer à faire partie de la solution pour un mix énergétique émettant très peu de CO2 en Belgique. L’énergie nucléaire, tout comme les renouvelables, produisent très peu d’émissions de CO2. Ces énergies sont d’ailleurs complémentaires. Energie décarbonée, l'énergie nucléaire permet à la Belgique d’assurer sa sécurité d’approvisionnement en électricité, de maintenir un prix de l’énergie stable et de tendre vers ses objectifs climatiques. L’énergie nucléaire permettra la transition énergétique.

En savoir plus.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus