Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

La mission spatiale habitée vers Mars fait un pas de plus
La mission spatiale habitée vers Mars fait un pas de plus

Première mondiale: l’Université de Namur et le SCK•CEN envoient des rotifères dans l’espace (projet RISE).

En cette fin d’année, l’Université de Namur (UNamur) et le Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire (SCK•CEN) démarrent une expérience scientifique unique au coeur de la Station spatiale internationale (ISS). Une aventure spatiale menée exclusivement par des laboratoires belges ! A cette occasion, du matériel a été développé afin de maintenir les rotifères en vie sans l’intervention d’un astronaute. Ces rotifères possèdent une extraordinaire résistance aux radiations. « Cette expérience nous aidera à améliorer la résistance des futurs astronautes aux radiations» déclare le Professeur Karine Van Doninck, biologiste à l’UNamur et coordinatrice principale de ce projet.

rotifères

Où en sommes-nous dans la recherche spatiale ? Voyagerons-nous vers Mars en 2024 ? Quels obstacles devons-nous encore franchir ? « Un des obstacles les plus importants est l’effet à long terme des radiations cosmiques » précise le Professeur Sarah Baatout, radiobiologiste au SCK•CEN. Elle ajoute : « Il altère notre vue, rend nos os plus fragiles et augmente le risque de cancer. Une étude révèle que contrairement à l’Homme, certains organismes sont plus résistants aux conditions spatiales que d’autres. Prenons l’exemple des rotifères : ils peuvent vivre dans le vide et résistent mieux aux doses élevées de radiation et même à la déshydratation. C’est remarquable car leur structure cellulaire est similaire à celle de l’Homme ».

Afin de découvrir les causes de ces résistances extrêmes, l’UNamur et le SCK•CEN envoient une série d’expériences dans l’espace. Les rotifères décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre dans la Station spatiale internationale. Ils seront, par ce fait, exposés aux conditions spatiales. De retour sur Terre, les chercheurs examineront les échantillons afin d’observer la reproduction, l’expression génique et la structure du génome. L’expression génique lance aux cellules le signal de produire, si nécessaire, des protéines, afin de régénérer, par exemple, l’ADN endommagé. En étudiant ce phénomène en détails les rechercheurs serons capables d’observer les processus qui se déroulent chez les rotifères et, par conséquent, quels mécanismes les protègent des conditions extrêmes dans l’espace.

Regardez ici le reportage sur ce projet de recherche unique (en néerlandais uniquement)

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus