Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Renaissance nucléaire
Renaissance nucléaire

Plaidoyer inédit en faveur de l'énergie nucléaire à l'approche de la COP26

La COP26, le sommet sur le climat, a débuté à Glasgow. L'énergie nucléaire est l'une des principales sources d'électricité bas carbone et constitue donc selon de nombreux pays une partie de la solution pour garantir l'approvisionnement en énergie avec une électricité qui à la fois bas carbone et indépendante des conditions météorologiques. Les Pays-Bas, la France, le Royaume-Uni, la Finlande, le Japon, les États-Unis et une poignée d'autres pays ont annoncé ces dernières semaines leurs objectifs ambitieux d’arriver à zéro émission de CO2. Le fil conducteur des plans de tous ces pays : davantage d'énergie nucléaire.

Jamais les conséquences du changement climatique n’ont semblé aussi concrètes qu'en 2021. Toute l’Europe a été frappée par des phénomènes météorologiques violents : tandis qu’une partie du continent a souffert d'une sécheresse persistante, de vagues de chaleur et de feux de forêt, l’autre a subi de fortes pluies et des inondations.

Jamais la pression n'a été aussi forte pour traduire en mesures concrètes les ambitions et les promesses concernant le climat, afin d’atteindre l'objectif d'un monde à zéro émission nette d’ici 2050.

Un fil conducteur : plus de renouvelables, plus de nucléaire, moins d'émissions

L'Agence Internationale de l'Energie (AIE) ainsi que l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) l'ont déclaré clairement dans leurs publications les plus récentes : afin de rendre possible le plan de zéro émission nette d'ici à 2050, le monde a besoin d’ambitieux projets d'investissement dans toutes les solutions bas carbones. Donc plus d'énergie renouvelable, mais aussi plus d'énergie nucléaire.

Les énergies renouvelables ne suffiront pas, à elles seules, à rendre possible un monde sans carbone, et ce pour deux raisons. D’une part leur développement pourrait ne pas être assez rapide pour réaliser cette grande ambition. D’autre part, ce sont des énergies intermittentes car dépendantes des conditions météorologiques – il n’y a pas toujours de vent ou de soleil – et que nous avons besoin d’une source d’énergie stable en attendant le développement d'autres technologies (comme le stockage massif par batterie). Il n'est donc pas surprenant que l'énergie nucléaire soit vu comme une solution, puisqu’il s’agit d’une énergie bas carbone et stable, capable de produire jour et nuit, hiver comme été.

Mix électrique belge en septembre 2021

Dans de nombreux pays, dont la Belgique, l'énergie nucléaire est la principale source d'électricité bas carbone. Dans un scénario sans énergie nucléaire, avec les capacités éoliennes et solaires actuelles, la Belgique obtiendrait la majeure partie de son électricité à partir de combustibles fossiles, dont les émissions de CO2 sont élevées, et qui contribuent donc au changement climatique.

France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Finlande, Japon, États-Unis ... qui sera le prochain ?

Le soutien renouvelé à l'énergie nucléaire que nous avons pu constater ces dernières semaines est sans précédent mais pas un hasard. Une batterie de pays industrialisés (lire : grands consommateurs d'électricité) participera à la COP26 à Glasgow et y traduiront leurs ambitions climatiques en un programme national concret. Un aperçu des différents pays, et de leurs diverses annonces en faveur de l'énergie nucléaire :

La France

Les Pays-Bas

Le Royaume-Uni

Le Japon

Les États-Unis

  • À l'occasion de la semaine de la science nucléaire aux États-Unis, la Ministre de l'Energie Jennifer Granholm a publié une interview vidéo sur Twitter dans laquelle elle souligne l'importante contribution de l'énergie nucléaire dans le débat sur le climat. Aux États-Unis, l'énergie nucléaire représente la moitié de l'électricité bas carbone et permet d'éviter plus d'émissions de CO2 que toutes les autres sources d'énergie réunies. Face à l'urgence de la crise climatique, l'énergie nucléaire est un outil essentiel, précise-t-elle encore. À la veille la COP26, la Ministre a confirmé l'engagement d'investir davantage dans l'énergie nucléaire avec un double objectif : 100% d'électricité bas carbone d'ici 2035 et un pays zéro carbone d'ici 2050.
  • Le gouvernement américain voit également les atouts du projet SMR, en accordant 80 millions de dollars à Terrapower (la société énergétique du fondateur de Microsoft, Bill Gates) pour que celle-ci puisse construire un réacteur de démonstration dans le Wyoming.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus