Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

L'accord de coalition examiné
L'accord de coalition examiné

Notre analyse de l’accord de coalition

Depuis le 1er octobre, la Belgique a un nouveau gouvernement, composé de libéraux (MR et Open VLD), de socialistes (PS et sp.a), de Verts (Ecolo et Groen) Et de chrétiens-démocrates (CD&V). Dans son accord de coalition, le nouveau gouvernement a également pris des décisions qui ont de lourdes conséquences pour le secteur nucléaire belge. En tant que fédération du secteur, nous avons analysé cet accord de coalition.

Le Forum nucléaire et ses membres souhaitent au nouveau gouvernement plein succès dans les nombreux défis qui l'attendent. Nous saluons l'engagement de la nouvelle équipe fédérale de se concentrer sur le climat et l'environnement, et à répondre aux ambitions climatiques de Paris et du Green Deal européen.

Nous sommes également très heureux de la reconnaissance du savoir-faire nucléaire belge, et cela est explicitement indiqué dans le nouvel accord de coalition. L'expertise et le savoir-faire nucléaires de la Belgique sont une réalité, non seulement dans des secteurs tels que l'énergie, le démantèlement et la gestion des déchets, mais aussi dans le secteur médical, la recherche scientifique (fondamentale et appliquée) et les nombreuses autres applications de la technologie nucléaire dans lesquelles notre pays excelle.

Néanmoins, en tant que secteur, nous déplorons certaines décisions importantes qui se trouvent dans cet accord de gouvernement. Nous les développons et les commentons ci-après.

Sortie du nucléaire en 2025: irrationnelle et risque d’aller à l’encontre de l'engagement climatique

Nous regrettons la décision d'abandonner le nucléaire d'ici 2025. Les centrales nucléaires belges fournissent une électricité abordable et bas carbone, jour et nuit, hiver comme été, en toute sécurité depuis plus de 40 ans. Ces unités constituent actuellement notre principale source d'électricité qui, avec les énergies renouvelables, représentent un atout important et en faisant partie de la solution climatique. De nombreuses organisations (Commission européenne, AIE, GIEC, ...) reconnaissent le rôle important que l'énergie nucléaire jouera encore pendant de nombreuses décennies dans la décarbonisation de notre économie, l'élimination progressive des énergies fossiles et la transition vers une société 100% bas carbone.

Nous espérons que le nouveau gouvernement fédéral laissera très rapidement place à un débat factuel, objectif et rationnel, basé sur des chiffres et sur la base des analyses d'experts indépendants de nos pays voisins, d’Europe ou au niveau mondial. En prévision de futures technologies à faible émission de carbone, encore à développer, et de la poursuite de l'expansion rapide des énergies renouvelables, nos centrales nucléaires existantes sont un outil important que nous ne devons perdre sous aucun prétexte. De nombreux pays ont précédé la Belgique et ont déjà donné le feu vert pour maintenir les centrales nucléaires existantes ouvertes pendant 20 ans de plus (LTO), comme les Pays-Bas, la Suisse ou encore les États-Unis.

« Ce report accroît le risque de problèmes de sécurité d'approvisionnement et d'augmentation de la facture pour les entreprises. Notre dépendance énergétique par rapport à des sources étrangères et/ou incertaines risque encore de s’amplifier. »

Fédération des Entreprises de Belgique (FEB)

Le gouvernement belge garde une porte ouverte pour maintenir la capacité nucléaire de 2 GW en fonction plus longtemps. La décision à ce sujet sera prise fin 2021. Les organisations d'employeurs (FEB, VOKA) regrettent cette décision. En ne prenant la décision qu'en 2021, le gouvernement belge crée un climat d'incertitude. « Ce report accroît le risque de problèmes de sécurité d'approvisionnement et d'augmentation de la facture pour les entreprises. En outre, notre dépendance énergétique par rapport à des sources étrangères et/ou incertaines risque encore de s’amplifier. », a ajouté la FEB.

MYRRHA

La reconnaissance justifiée du savoir-faire nucléaire belge

En tant que secteur, nous sommes très heureux de la reconnaissance de l'importance du savoir-faire nucléaire belge. Des institutions telles que le SCK CEN et l'IRE sont internationalement reconnues comme des pôles de connaissances en matière de technologie nucléaire, d'innovation, de recherche et développement et de savoir-faire. Nous sommes très heureux que le nouveau gouvernement continue de soutenir ces institutions.

Le gouvernement améliorera également la gestion des institutions de recherche nucléaire et préparera un dossier pour la décision de la deuxième et troisième phase de MYRRHA. Nous espérons une décision rapide et favorable qui ancrera et reconnaîtra l'important rôle de leader international de la Belgique dans la R&D nucléaire pour les décennies à venir.

Stockage géologique des déchets hautement radioactifs (© ONDRAF)

Une décision sur les déchets nucléaires : demander plus d'engagement et de clarté

Le nouveau gouvernement s'est engagé à adopter des politiques nationales pour la gestion à long terme des déchets nucléaires dans le cadre d'un processus participatif d’une part et à prendre des initiatives législatives pour revenir aux décisions de gestion à long terme et aux modalités de récupération d’autre part.

Ces passages de l'accord de coalition créent de la clarté, mais dans le même temps laissent la porte plus ouverte à des solutions alternatives. En ce qui concerne les déchets nucléaires à longue durée de vie, le secteur réclame depuis longtemps de la clarté et une décision politique soutenue et sans ambiguïté afin que le secteur nucléaire puisse, au niveau industriel, faire les préparatifs nécessaires pour les déchets radioactifs à vie longue.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus