Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Mix électrique belge octobre 2021
Mix électrique belge octobre 2021

Mix électrique belge octobre 2021 : 85% bas carbone, grâce au nucléaire

Les centrales nucléaires belges ont produit au mois d’octobre 59% du mix électrique belge. Depuis presqu’un an, l'énergie nucléaire a fourni chaque mois plus de la moitié de l'électricité belge.

En plus de l'énergie nucléaire, qui est la source principale d’électricité bas carbone dans notre pays, 25,5% du mix électrique a été produit par d’autres sources bas carbones : 9% provient des éoliennes, 8% des panneaux solaires et 3% d’autres sources renouvelables (p.ex. l'énergie hydraulique).

84,5% de la production d'électricité belge est décarbonée

Sur le plan climatique, le mois d’octobre a été un mois moyen. Bien que ce mois ait été humide (avec deux fois plus de précipitations que d'habitude), la vitesse moyenne du vent et la durée d'insolation ont été normales. Le résultat : des valeurs moyennes d'énergie renouvelable.

L'énergie nucléaire (59%) et l’énergie renouvelable (25,5%) représentaient ensemble 84,5% de la production d'électricité belge au mois d’octobre. Un bel exemple de la complémentarité de ces deux sources d'énergie décarbonées !

L'énergie fossile (surtout gaz) représentait quant à elle 15,5% de l'électricité belge.

Et après 2025 ?

Après 2025, en cas d’une sortie complète du nucléaire, nous perdrons plus de la moitié de notre mix électrique. Il sera dans un premier temps impossible de produire une aussi grande quantité d'électricité à partir de sources renouvelables. Même avec le développement important annoncé des énergies renouvelables, la part des énergies fossiles ne fera qu'augmenter en cas de sortie du nucléaire. De nouvelles centrales au gaz remplaceront les centrales nucléaires, avec des émissions de CO2 40 fois plus élevées.

Pour être concret : dans un scénario sans nucléaire, avec la même capacité installée d'énergie renouvelable et dans les mêmes conditions météorologiques, 74,5% de l'électricité belge du mois dernier aurait été produite par des sources d'énergie fossiles.

Deux rapports récents ont montré une évolution inquiétante. Les émissions mondiales de CO2 continuent d'augmenter, au lieu de diminuer. De plus, l'augmentation s'accélère, ce qui signifie que ces dernières années, on a émis plus de CO2 qu'il y a 5 ou 10 ans. Un deuxième rapport a révélé que si nous voulons limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C d'ici 2100, les émissions mondiales de CO2 doivent être réduites de moitié au cours des huit prochaines années. Pour atteindre cet objectif, toutes les technologies à faible émission de carbone existantes doivent être déployées et développées, et toutes les technologies fossiles doivent être éliminées progressivement dès que possible.

Le mix électrique belge d’octobre 2021 se présente comme suit :

  • énergie nucléaire : 59%
  • énergie éolienne : 18,5%
  • énergie solaire : 4%
  • autres renouvelables : 3%
  • fossile et autres : 15,5%

À propos de ces chiffres

Pour ces calculs, nous nous basons sur les données les plus récentes mises à disposition par ELIA.

ELIA, l'opérateur du réseau électrique belge, publie chaque mois les chiffres du mix énergétique. Ce mix contient la part des différentes sources d'énergie qui génèrent de l'électricité pour la Belgique : fossile (surtout gaz), nucléaire, éolien, solaire et autres renouvelables (par exemple, hydroélectricité et petites unités de production éolienne/solaire <25 MW). En octobre, les centrales nucléaires belges ont produit 59% de notre électricité, et l'ensemble des sources d'énergie renouvelables 25,5%.

Le mix électrique belge d’octobre 2021 (sources : ELIA & GIEC)

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus