Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Mix électrique belge chiffres de l’année 2022
Mix électrique belge chiffres de l’année 2022

Mix électrique belge 2022 : la haute disponibilité du nucléaire et l’expansion de la capacité du renouvelable créent des exportations élevées

Les centrales nucléaires belges représentaient 47,3% du mix électrique belge en 2022. L'énergie nucléaire était la plus importante source d'électricité bas carbone.

Outre l'énergie nucléaire, environ un cinquième de notre électricité a été produite par d'autres technologies à faible teneur en carbone en 2022 : 7,5% proviennent de l'éolien offshore (éoliennes en mer), 5% de l'éolien terrestre (éoliennes sur terre) et 7,3% du solaire.

Malgré la forte disponibilité des centrales nucléaires et l'augmentation de la capacité des énergies renouvelables, la part de l'électricité provenant de centrales à gaz était plus élevée en 2022 (26,9%) qu'en 2021 (24,7%). Toutefois, ce chiffre est encore bien inférieur à celui de 2020 (34,7%) et des années précédentes.

Les 6% restants ont été générés par le biogaz (2,4%) et "autres", une catégorie résiduelle dont Elia ne peut fournir plus de détails (3,6%).

Le mix électrique belge pour l'année 2022 se présente comme suit (arrondi à 0,5%) :

Le mix électrique belge – chiffres de l’année 2022 (sources : ELIA & GIEC)

67% de l'année avec de l'électricité bas carbone

Ensemble, l'énergie nucléaire (47,3%) et les énergies renouvelables (19,8%) ont réussi à faire en sorte que 67,1% de l'électricité belge soit bas carbone en 2022. Un bel exemple de la complémentarité des deux sources d'énergie décarbonées !

Haute disponibilité des centrales nucléaires belges

Le taux de disponibilité du parc de production nucléaire a encore été très élevé l'année dernière. En 2021, les centrales nucléaires belges ont obtenu le meilleur résultat depuis plus de 20 ans, avec un facteur de capacité de charge de 92% (c'est-à-dire la quantité d'électricité effectivement produite par rapport à la production maximale techniquement possible). L'année dernière (2022), les centrales nucléaires belges atteignaient une disponibilité de 83%. Au niveau international, la norme pour une année productive est 80% en termes de disponibilité pour des centrales nucléaires.

L'énergie nucléaire a produit 41,8 TWh d'électricité décarbonée, soit 47,3% du mix électrique belge. La part élevée de l'énergie nucléaire dans le mix électrique, combinée à l'augmentation de la capacité des énergies renouvelables, a permis à la Belgique d'être exportatrice nette d'électricité cette année, avec 6,6 TWh d'exportations nettes.

Disponibilité des centrales nucléaires belges

Augmentation de la capacité des énergies renouvelables

La production d'énergie éolienne et solaire passe à 17,4 TWh (contre 15,2 TWh en 2021). Ceci est essentiellement dû à l'augmentation de la capacité installée pour l'éolien terrestre (+14%, de 2629 MW en janvier 2022 à 2990 MW en janvier 2023) et le solaire (+35%, de 4788 MW en janvier 2022 à 6475 MW en janvier 2023). La capacité de l'éolien offshore (2 254 MW) reste stable et augmentera à partir de 2027-2028 au plus tôt, avec la construction d'un nouveau parc éolien offshore.

En termes de disponibilité (facteur de capacité de charge), les énergies renouvelables ne font pas mieux que l'année dernière. L'augmentation limitée de la production est donc uniquement due à une forte augmentation de la capacité installée. Cela dépend bien sûr beaucoup de la météo. Voici un aperçu du facteur de capacité de charge (c'est-à-dire la quantité d'électricité effectivement produite par rapport à la production maximale techniquement possible sur la base de la capacité installée) pour chaque source d'énergie renouvelable :

  • Solaire : 11,3% en 2022 (contre 11,2% en 2021)
  • Éolien terrestre (sur terre) : 16,7% en 2022 (contre 17,3% en 2021)
  • Éolien offshore (en mer) : 33,6% en 2022 (contre 34,3% en 2021)

Cela signifie qu'il y a eu moins de vent en 2022 qu'en 2021 (parce qu'il y a eu moins d'heures de pleine charge), alors que 2021 était déjà une année exceptionnellement peu venteuse. Bien que la capacité éolienne terrestre ait augmenté de 14% en 2022 et que la capacité de production de panneaux solaires ait augmenté de 35 %, la croissance en termes de production d'énergie renouvelable en 2022 est restée plutôt limitée : 17,4 TWh en 2022, contre 15,2 TWh en 2021 (soit une hausse de 14%).

Il est rare qu’au moins la moitié de la consommation d’électricité belge puisse être couverte par des énergies renouvelables. Cependant, d'année en année, cela devient de plus en plus courant. En 2022, c'était le cas pour 4,0% du temps (353 heures sur l'ensemble de l'année). Il est clair que nous sommes encore loin de pouvoir compter sur les énergies renouvelables uniquement pour nos besoins en électricité en Belgique.

Remarquable : consommation d'électricité réduite

La consommation d'électricité en 2022 (81,7 TWh) a progressivement baissé par rapport à son niveau normal. Cette valeur correspond aux valeurs observées durant l’épidémie du covid.

La cause de cette baisse est assez simple à comprendre : en raison des prix élevés de l'énergie, les consommateurs réduisent leur consommation. Au cours des mois d'octobre, novembre et décembre, la consommation d'électricité en Belgique a été inférieure de 8% sur la moyenne des 5 dernières années. La baisse a été la plus forte en novembre (-11%). De janvier à septembre, la consommation d'électricité a diminué de 2% en moyenne. D’autres éléments comme par exemple une météo plus douce ont également pu impacter le niveau de consommation.

© Elia

Beaucoup d’exportations

Alors que la Belgique était auparavant un importateur net d'électricité (et le risque de le redevenir avec la sortie du nucléaire est important), notre pays est aujourd'hui un exportateur net (6,6 TWh d'exportations nettes en 2022). En Belgique nous avons exporté 22,2 TWh et importé 15,6 TWh. Grâce à l'augmentation de la capacité de production renouvelable et à la grande disponibilité des centrales nucléaires belges, il y a régulièrement eu un excédent d'électricité en 2022 que nous avons pu exporter vers nos pays voisins. Par rapport aux exportations de 2021 (22,8 TWh), nous avons enregistré une légère baisse.

Les chiffres élevés des exportations de ces deux dernières années peuvent s'expliquer par la mise en service des interconnecteurs Nemo Link (2018, avec le Royaume-Uni) et ALEGrO (2020, avec l'Allemagne), le renforcement de la connexion Avelgem-Avelin (avec la France) et le contexte international complexe. Une autre explication est la part croissante des énergies renouvelables intermittentes en Europe, qui accroît le besoin d'échanges entre les pays.

À court terme, un renforcement progressif de notre réseau sera nécessaire pour permettre cet échange croissant.

© Elia

La capacité nucléaire diminue, la part des centrales au gaz augmente

La forte disponibilité de la capacité de production nucléaire tend à réduire la production des centrales à gaz. Néanmoins, la part de l'électricité produite par des centrales au gaz était plus élevée en 2022 (26,9%) qu'en 2021 (24,7%). Il s'agit probablement de la conséquence de la fermeture du réacteur nucléaire Doel 3, qui a été définitivement arrêté à la fin du mois de septembre 2022. L'électricité que ce réacteur produit normalement pendant les mois d'automne et d'hiver devait désormais être produite (partiellement) avec de l'énergie fossile (gaz).

La part de l'électricité produite par les centrales au gaz augmentera fortement lorsque davantage de centrales nucléaires belges devront être fermées au cours des trois prochaines années. Il est impossible de produire cette grande quantité d'électricité entièrement d’une autre manière décarbonée. Même avec un fort développement des énergies renouvelables, la part des énergies fossiles augmentera en raison de la fermeture des centrales nucléaires. En outre, le gouvernement actuel a toujours l'intention de construire de nouvelles centrales à gaz pour remplacer les centrales nucléaires, avec des émissions de CO2 40 fois plus élevées.

A propos de ces chiffres

Pour ces calculs, nous nous basons sur le communiqué de presse annuel d'ELIA.

Pour le calcul des émissions de CO2 par source d'énergie, nous utilisons les chiffres du GIEC, qui font l'objet d'un consensus scientifique général.

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus