Actus - Le changement climatique et Journée mondiale de la Terre
Actus - Le changement climatique et Journée mondiale de la Terre

L’énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre les émissions de CO2 et le changement climatique

Le samedi 22 avril aura lieu la Journée mondiale de la Terre. Cette journée de sensibilisation au changement climatique est organisée une fois par an. Pour l’édition 2017, les organisateurs souhaitent attirer une attention toute particulière sur l’éducation au changement climatique.

Le climat de notre planète est en mutation. Les températures moyennes augmentent, la demande mondiale d’électricité s’intensifie et les émissions de CO2 ont atteint des sommets. Par conséquent, bon nombre d’experts (AIE, GIEC)  plaident en faveur d’un mix énergétique faiblement carboné.

80 % de CO2 en moins à l’horizon 2050

Pour 2050, nous devrons avoir été capables de limiter l’augmentation de la température de la Terre à 2 °C. Sans cela, les dommages portés à notre planète deviendront irréversibles. Afin d’atteindre cet objectif ambitieux, nous devons commencer à réduire les émissions de CO2 sans tarder, et en premier lieu les émissions générées par la production d’électricité. Nous n’avons d’autre choix pour y parvenir que de nous appuyer sur toutes les sources d’énergie faibles en carbone dont nous disposons déjà à l’heure actuelle, notamment l’énergie nucléaire.

L’énergie nucléaire fait partie de la solution

Les centrales nucléaires produisent aussi peu de CO2 que les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, et ce même en intégrant la production, le transport et le stockage de l’uranium dans le calcul. Voilà pourquoi, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’atome fait partie intégrante de la solution si nous voulons parvenir à réaliser les objectifs climatiques. Une récente étude réalisée par PwC au sujet du futur mix énergétique de la Belgique abonde également dans ce sens. Le maintien de l’énergie nucléaire, parallèlement au développement proactif des énergies renouvelables, constitue la seule option pour réduire les émissions de CO2 dans des proportions permettant de respecter les objectifs climatiques européens et belges. Une sortie du nucléaire aurait au contraire pour effet d’accroître les émissions totales de CO2 au-delà de 2050 (pour ce qui concerne la production d’électricité) au lieu de les diminuer.

Les experts l’affirment : impossible de respecter les objectifs climatiques sans le nucléaire

Selon le GIEC, les objectifs climatiques fixés ne seront pas atteignables sans l’énergie nucléaire. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les pays d’Europe qui affichent le meilleur bilan environnemental (et le plus faible taux d’émission de CO2) sont justement les pays recourant au nucléaire (Suède, Finlande, France, etc.). En revanche, les pays qui se sont efforcés de s’en passer (Allemagne, Danemark) obtiennent tous de mauvais résultats, puisqu’ils doivent faire tourner leurs centrales au gaz et au charbon, très polluantes, pour remplacer les centrales nucléaires et constituer une capacité de réserve pour les périodes sans soleil ou sans vent. Saviez-vous par exemple que l’Allemagne produit 10 fois plus de CO2 (pour la production de son électricité) que la France ?

Consultez ici les chiffres des émissions de CO2 en Europe.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus