Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Actu - L'énergie nucléaire au Moyen-Orient
Actu - L'énergie nucléaire au Moyen-Orient

Les capacités nucléaires du vouées à quadrupler dans les dix prochaines années

Les capacités de production d’électricité nucléaire du Moyen-Orient devraient augmenter de 3,6 GW cette année à 14,1 GWé à l’horizon 2028, grâce au lancement de la construction de nouvelles centrales et à la conclusion d’accords dernièrement entre les pays du Moyen-Orient et des prestataires du secteur nucléaire, a déclaré l’Agence américaine pour l’information sur l’énergie (AIE). Une croissance qui sera tirée dans un premier temps par les Émirats arabes unis (ÉAU), qui ont prévu d’installer 5,4 GWé de capacités nucléaires d’ici 2020.

Les centrales nucléaires opérationnelles, en construction et planifiées (source : World Nuclear Association)

Renforcer la sécurité énergétique tout en réduisant la dépendance aux combustibles fossiles

Ces prévisions font suite au dernier rapport sur les perspectives énergétiques mondiales de l’AIE publié en septembre qui livre une évaluation des marchés énergétiques mondiaux jusqu’en 2050.

« La croissance des capacités nucléaires au Moyen-Orient est principalement imputable au fait que les pays de la région cherchent à renforcer leur sécurité énergétique tout en réduisant leur dépendance aux combustibles fossiles », a affirmé l’AIE, faisant observer que les combustibles fossiles représentaient 97 % de la production d’électricité dans la région l’année dernière (66 % gaz naturel et 31 % pétrole). La part résiduelle de 3 % comprend le nucléaire, l’énergie hydroélectrique ainsi que d’autres sources renouvelables.

Si les pays du Moyen-Orient recourent à l’énergie nucléaire, c’est aussi pour répondre à l’accroissement de la demande d’électricité sur fond de croissance démographique et économique, poursuit l’AIE. La production régionale d’électricité dépassait déjà 1 TWh l’an dernier, et la demande en électricité devrait encore augmenter de 30 % d’ici 2028 selon l’agence américaine. Ce taux de croissance est supérieur à la moyenne mondiale de 18 % pour la même période, et supérieur au taux de croissance moyen de 24 % attendu pour les pays non membres de l’OCDE.

Les évolutions majeures dans la région

L’EIA a dressé la liste des cinq évolutions majeures prévues dans la région.

L’Iran tout d’abord, qui est en train de construire une centrale nucléaire de deux unités (Bushehr-2), soit une capacité nucléaire supplémentaire de 1,8 GWé d’ici 2026. La centrale Bushehr-1, mise en service en 2011, fut la toute première centrale nucléaire du Moyen-Orient. Elle est dotée d’une unité abritant un réacteur de 1 000 MWé qui génère près de 5,9 GWh d’électricité par an.

Les ÉAU sont quant à eux en train de construire une centrale de quatre unités à Barakah. La fin des travaux est prévue en 2020. L’unité 1 (1 300 MWé), dont la construction a été lancée en 2012 et terminée l’année dernière, devrait commencer à produire de l’électricité vers la moitié de cette année.

De son côté, la Turquie a entamé la construction de la centrale d’Akkuyu en 2017. Elle accueillera quatre unités qui permettront au pays d’ajouter 4 800 MWé de capacités nucléaires supplémentaires à son mix énergétique. L’achèvement de la première unité est prévu pour 2025.

L’Arabie saoudite, ensuite, ambitionne de construire sa première centrale nucléaire et devrait attribuer un contrat de construction pour des installations d’une capacité de 2 800 GWé d’ici la fin de cette année. Le pays a fait appel à cinq prestataires issus de Chine, de France, de Russie, de Corée du Sud et des États-Unis pour l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction de deux réacteurs nucléaires. Le début des travaux devrait avoir lieu en 2021 sur l’un des deux sites pressentis, Umm Huwayd ou Khor Duweihin.

La Jordanie, enfin, envisage la construction d’une centrale de 2 000 MWé composée de deux unités et mène déjà des études de faisabilité en collaboration avec la société russe Rosatom depuis 2016 La Jordanie a par ailleurs lancé un appel d’offres au printemps 2017 pour la fourniture des turbines et des systèmes électriques. La construction devrait commencer l’année prochaine pour être achevée en 2024.

Recherches et rédaction par World Nuclear News

La croissance prévue de la capacité nucléaire d'ici 2028 (source : AIE)

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus