Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

8 mars : La Journée internationale des femmes

Cette année, le thème de la Journée internationale des femmes, célébrée le 8 mars, est « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ». Il place l’innovation par les femmes au cœur des efforts pour parvenir à l’égalité entre les sexes. Aujourd’hui, nous mettons en avant 10 femmes pour qui leur travail dans les différentes applications de la technologie nucléaire, est un vecteur d’innovation au quotidien.

Natalie, SCK•CEN

Natalie, Dr. Ir., bioingénieur et coordonne la recherche microbiologique et spatiale du SCK•CEN

Natalie : « Un environnement nucléaire n'est pas " stérile ". Au contraire, elle est pleine de vie microbienne et de processus. Par exemple, nous étudions le rôle des micro-organismes dans le stockage géologique des déchets radioactifs, comment nous pouvons utiliser les bactéries pour la purification de l'eau et la production alimentaire dans l'espace et comment, dans notre corps, par exemple, nos bactéries intestinales réagissent lorsqu'elles sont exposées aux rayonnements. Un domaine fantastique à découvrir ! Un voyage dans l'espace semble plus proche que jamais, et les applications médicales des rayonnements gagnent chaque jour en importance dans notre société. Notre tâche est de construire et d'élargir les connaissances nécessaires pour relever les défis et les applications de demain. Cela exige une réflexion originale et une diversité dans l'éducation et le genre au sein de l'équipe. Ce n'est que grâce à des perspectives différentes que vous pouvez, en tant qu'équipe, trouver des solutions plus créatives. Le fait de pouvoir travailler dans un contexte international et interdisciplinaire et de combiner ma passion pour la recherche avec le transfert de connaissances aux étudiants et aux jeunes scientifiques me donne une grande satisfaction.

Afaf, Tractebel

Afaf, Design Engineer, Tractebel

" Je suis arrivée dans le nucléaire complètement par hasard. J’ai postulé à une annonce de stage chez Areva et j’ai été recrutée juste après. Maintenant je ne m’imagine pas travailler dans un autre domaine que le nucléaire.
Je suis ingénieure en mécanique, spécialisée dans les calculs. Ça ne parle pas à beaucoup de gens. De par la rigueur demandée par le secteur nucléaire, la culture sûreté fait qu’on doit se poser des questions, analyser et examiner les choses. Pour cette raison, je suis fière d’appartenir à cette communauté.

Selon Afaf, les femmes doivent continuer à choisir des carrières techniques. En général, elles ne choisissent pas ce genre de parcours car on leur dit qu’elles ne peuvent pas faire des maths ou ne peuvent pas être ingénieures. Elles ne choisissent pas ces parcours car elles sont formatées à ne pas y croire.

Afaf : " Plus tard, dans le milieu professionnel, le peu de femmes aspirant à une carrière, n’osent pas spécialement en parler. Une femme qui parle de carrière est taxée de carriériste, un homme qui parle de carrière c’est « normal ».
Tout le monde doit en être conscients. C’est le rôle des parents, des écoles et surtout des entreprises d’attirer cette moitié de la société en favorisant la mixité et l’égalité hommes / femmes, une égalité de salaires et une égalité d’opportunités.


Et puis, en travaillant dans le nucléaire, on a une grande responsabilité envers les gens et nous-mêmes en tant que citoyens. Le nucléaire est un secteur riche en métiers, riche en technicité et faire partie de celles et ceux qui trouvent les solutions est passionant."

Wendy, UZ Brussel

Wendy, infirmière en médecine nucléaire à l'UZ Brussel

Wendy est infirmière au service de médecine nucléaire de l’UZ Brussel. Elle nous parle de son quotidien et de la façon dont la médecine nucléaire soigne ses patients. Chaque année, 3 millions de personnes à travers le monde ont besoin de radio-isotopes pour traiter leur maladie. Il s'agit principalement de cancers. Notre pays est pionnière dans la médecine nucléaire. Découvrez plus dans sa vidéo.

" C'est parfois difficile de dire à un patient qu'on va lui injecter une substance radioactive. Mais lorsqu'on lui explique que cet acte va l'aider, il se sent déjà plus rassuré. " , explique Wendy.

Petra, professeur VUB (Vrije Universiteit Brussel)

Petra, la recherche fondamentale sur notre univers

Petra est professeur à la VUB (Vrije Universiteit Brussel) et elle dirige un groupe de recherche au CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire). Elle mène des recherches sur l'origine de notre univers et le «Big Bang». Dans ce court exposé de 10 minutes, Petra explique comment cette recherche nucléaire est également appliquée à l'innovation dans notre vie quotidienne, comme en médecine.

Aurélie, Electrabel

Aurélie, gestionnaire des arrêts et projets à la centrale de Tihange

Aurélie : " Etant ingénieur civil chimiste de formation, je n’avais pas imaginé travailler dans une centrale nucléaire. Lors du forum entreprise organisé à l'université, Electrabel m’a fait forte impression et j’ai postulé. Il n’a donc pas fallu longtemps pour que je sois absorbée par cette technologie extraordinaire et les nombreuses installations qui gravitent autour !

Je suis fière de travailler dans le secteur nucléaire belge car c’est un domaine peu connu du public et qu’il est important de pouvoir démontrer que les acteurs du nucléaire sont des personnes normales qui se donnent à 100% pour défendre le métier qu’ils aiment.

Il est important que chaque secteur technologique respecte une certaine mixité et pas seulement le nucléaire. Les hommes ont beaucoup à apprendre des femmes et vice-versa. Nous sommes tous complémentaires.

Lucia, chercheuse en physique nucléaire

Lucia, chercheuse en physique nucléaire au SCK•CEN à Mol

Notre pays a acquis, au fil des ans, une position unique en matière de recherche et développement dans la filière nucléaire. Le projet dans lequel Lucia est impliqué est MYRRHA, sur le site du SCK•CEN à Mol. MYRRHA est, au niveau mondial, le premier prototype d'un réacteur nucléaire piloté par un accélérateur de particules. MYRRHA est un réacteur de recherche, unique au monde. Elle attire des spécialistes du monde entier et conforte ainsi le rayonnement international de la recherche belge. Dans sa vidéo, Lucia explique plus sur sa recherche.

Ursula, Tractebel

Ursula, Project Manager chez Tractebel

Ursula a fait ses études en ingénierie des matériaux en Europe et aux États-Unis. Elle dit : " Le fait d’étudier le domaine du nucléaire allait ainsi me permettre de mieux comprendre des grands enjeux de nos sociétés, comme la production de notre énergie ou le futur des combustibles et déchets nucléaires. "
Ursula : « Je suis convaincue que nous devons tous travailler ensemble pour réduire les émissions de CO2 et faire face aux défis du changement climatique. L’énergie nucléaire est capable de répondre à nos besoins en électricité et à ces enjeux. »

« J’ai toujours été inspirée par les femmes qui ont un impact sur les gens et sur le monde qui les entoure. Au cours de ma carrière, ces femmes que j’ai rencontrées m’ont permis de me rendre compte qu’il est possible d’aller loin dans la science, même dans un secteur très particulier et spécialisé comme le nucléaire. »

Selon Ursula, il est clair que le secteur nucléaire est encore dominé par les hommes. " Les femmes sont peu représentées, mais cependant, mon expérience m'a montré que le secteur nucléaire ouvre un vaste éventail d’opportunités aux femmes, ce qui est très valorisant. Il me semble être crucial que de jeunes puissent voir que des femmes travaillent dans tous les secteurs, en occupant des postes à responsabilités. Elles doivent ainsi comprendre qu’ eElles pourront y accéder et devenir les leaders de demain. A mon avis, le secteur nucléaire offre de nombreuses opportunités pour tous ! »

Amai Saidi, Orano Med

Amal, développement de thérapies contre le cancer

Amal Saidi, chercheuse chez Orano Med (ancien AREVA Med), est une généticienne passionnée d’oncologie. Au sein d’une équipe de scientifiques hyper spécialisés, elle participe depuis 2013 à la recherche de traitements contre le cancer en médecine nucléaire. Dans son équipe il y a une grande motivation commune : développer des traitements assurant une vie quasi normale au patient.

Rosana, Electrabel

Rosana, Chef de service instrumentation à la centrale nucléaire de Tihange

Rosana : « J’ai découvert l’énergie nucléaire lors de mes études d’ingénieure civil à l’ULg. Cette technologie, qui ne ressemble à aucune autre m’a directement passionnée. On peut parler d’un coup de foudre. Je devais réaliser un stage en entreprise et j’ai demandé à pouvoir le réaliser à la centrale de Tihange. Après ce stage, je n’avais plus qu’une idée en tête : y travailler. Cela fait 20 ans. »

Pour Rosana, la production d’énergie nucléaire en toute sureté est essentielle si on veut garder une autonomie d’approvisionnement du pays. De plus, à l’heure où plus que jamais le climat est un enjeu de survie, l’énergie nucléaire représente la meilleure source de production d’électricité bas carbone. Elle est fière de travailler dans un secteur respectueux de l’environnement.

Rosana : « La mixité et la diversité sont des sources d’enrichissement. Les entreprises majoritairement masculine ne sont pas le reflet de la société. La façon de réfléchir des hommes et des femmes, leur sensibilité sont complémentaires. C’est toute l’entreprise qui bénéficie de cette complémentarité. »

Els, ingénieure en électromécanique

Els, ingénieure en électromécanique à la centrale nucléaire à Doel

Els est responsable de l’entretien électrique à la centrale nucléaire de Doel. Travailler dans une centrale nucléaire est une évidence pour Els, mais elle explique que ceci n'est pas le cas pour tout le monde. “ Quand j’explique que je travaille dans une centrale nucléaire, ils ont un regard un peu inquiet. […] Je dois toujours les rassurer, leur dire que je me sens en sécurité et qu’ici, la sécurité est la première des priorités. ”

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus