Actu - Fukushima : quelle est la situation aujourd’hui ?
Actu - Fukushima : quelle est la situation aujourd’hui ?

Actu - Fukushima : quelle est la situation aujourd’hui ? Et quel a été l’impact pour nos centrales en Belgique ?

Presque 6 ans après, la situation à Fukushima est encore régulièrement commentée dans l’actualité. Quel est le lien avec la sûreté de nos centrales belges ?

Suite à la catastrophe de Fukushima, des tests de résistance ont été mis sur pied par la Commission européenne à destination de toutes les installations nucléaires européennes. Les résultats de ces stress tests européens ont montré que les installations belges sont parmi les plus résistantes en Europe et sont assez robustes pour faire face à des situations extrêmes. Dans les centrales nucléaires belges, il existe plusieurs niveaux de sûreté et des procédures très strictes. Les centrales sont en outre pourvues d'une double enceinte. L’industrie nucléaire est un des secteurs les plus contrôlés au monde.

Pourquoi un tel accident ne pourrait-il pas se produire chez nous ?

Des différences fondamentales font qu’un accident du type de celui survenu à Fukushima ne pourrait pas se produire en Belgique :

  • La Belgique n’est pas située dans une zone sismique active,
  • La conception (plus sûre) des centrales belges se fonde sur un autre modèle (elles sont notamment dotées d’un bâtiment avec double enceinte),
  • Et notre pays peut se targuer de disposer d’une culture draconienne en matière de contrôle et de sûreté.

Les résultats des tests de résistance mis sur pied par la Commission européenne à destination de toutes les installations nucléaires européennes le confirment d’ailleurs. La sécurité et la sûreté constituent la priorité absolue du secteur nucléaire belge. Les centrales nucléaires, les réacteurs de recherche, les laboratoires de médecine nucléaire, tout comme les installations nucléaires plus généralement, font partie des installations industrielles les plus sûres et les mieux contrôlées.

Quel est l'état actuel des choses à Fukushima ?

La zone autour de la centrale de Fukushima n’est pas un endroit abandonné. Au contraire, chaque jour, des techniciens, ingénieurs, chercheurs, etc. travaillent dans la région pour préparer le démantèlement desréacteurs concernés, pour excaver le sol contaminé, pour nettoyer les débris du tsunami et pour préparer le retour des riverains. Voici un aperçu des derniers développements.

Découvrez, via cette page factuelle, les données chiffrées de l’AIEA et de l’Organisation mondiale de la Santé sur la catastrophe de Fukushima.


Articles sur les taux de radiations élevés dans le réacteur

Ces derniers jours, des articles aux titres alarmistes se sont succédés au sujet de la centrale nucléaire de Fukushima. Une annonce faite par TEPCO, l’opérateur de la centrale qui est également responsable du nettoyage, a ravivé l’attention des médias.

Le niveau de radiations mesuré dans un des réacteurs (530 sievert) constitue effectivement le niveau le plus élevé jamais observé dans un des réacteurs endommagés de la centrale de Fukushima. Mais ces mesures ont été obtenues en pénétrant au cœur du réacteur à l’aide d’un robot afin d’obtenir des informations plus précises sur la nature des radiations et leur niveau de radioactivité, afin de mieux pouvoir préparer le démantèlement du réacteur.

Le niveau de radiations mesuré à l’intérieur du réacteur endommagé n’a donc aucun impact hors du réacteur et sur l’environnement et est sans danger pour l’homme et la nature. Le taux de radioactivité dans l’environnement de la centrale continue de baisser et n’est pas subitement parti à la hausse de manière inquiétante (contrairement à certains communiqués alarmistes).

Les riverains peuvent rentrer

Six ans après la catastrophe, la population de Iitate a reçu du gouvernement japonais le feu vert pour retourner vers leurs maisons. Iitate est un village situé à environ 35 kilomètres de Fukushima. Après une réhabilitation intense du sol, le rayonnement est à un taux normal pour à nouveau permettre une résidence permanente. Toutefois, un récent rapport (No Return to Normal) dénonce un retour irresponsable et conclut que le rayonnement serait encore plus élevé que communiqué officiellement. Ce rapport alarmiste est vivement contredit par des experts. Pourtant l’exposition des citoyens qui retournent dans leur village sera similaire à l'exposition moyenne au Japon. Ce taux est actuellement de plus de deux millisieverts par an, comparable à l'exposition en Belgique.

Mots-clés associés à l'article

Êtes-vous aussi intéressé par…

À propos du Forum nucléaire

Portail d’information de référence sur la technologie nucléaire : tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public, le Forum nucléaire belge remplit sa mission d’information au travers d’actions diversifiées. En savoir plus