Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Actu - Disponibilité des centrales nucléaires belges : les chiffres
Actu - Disponibilité des centrales nucléaires belges : les chiffres

Disponibilité des centrales nucléaires belges : les chiffres

Ces dernières semaines, les centrales nucléaires belges ont souvent fait la une. Les travaux de maintenance (planifiés) ainsi que les arrêts imprévus sont considérés par certains comme la preuve du manque de fiabilité des centrales nucléaires belges. Que disent les chiffres ? Pour l'ensemble de leur durée d'exploitation, en moyenne, les centrales nucléaires belges obtiennent de meilleurs résultats que la moyenne internationale en termes de disponibilité.

En 2017, les centrales nucléaires belges (tous réacteurs confondus) étaient fonctionnelles  78,2 % du temps. Pour la plupart des unités, ce chiffre était même supérieur à 90 %. Au cours des 10 dernières années, les centrales nucléaires belges ont été opérationnelles 77 % du temps, comme le montre le tableau ci-dessous. 

Ce tableau montre également qu'en 2014, 2015 et 2016, les centrales nucléaires ont été fermées pendant des périodes plus longues, pour des raisons connues. Après avoir découvert les inclusions d'hydrogène dans les cuves Doel 3 et Tihange 2, l'opérateur a décidé de ne rien laisser au hasard et de ne pas reconnecter ces réacteurs au réseau avant qu'il n' y ait une certitude quant à leur sûreté. La sécurité et la prévention sont et restent la devise de base du secteur nucléaire. Une centrale qui est inactive plus longtemps que prévu est donc une preuve de la culture de sûreté absolue de l'industrie nucléaire. 

La performance des centrales nucléaires belges (source : ENGIE Electrabel).

Avec 6,1 % (d’arrêts imprévus), notre pays se situe au même niveau que la moyenne internationale (5,9 %).

Sommes-nous les champions du monde des arrêts inattendus ?

Cela rend-il notre pays meilleur ou pire que nos pays voisins? Sommes-nous les champions du monde des arrêts inattendus ? Bien au contraire. L'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne (qui fait partie des Nations Unies) a calculé les arrêts imprévus de toutes les centrales nucléaires dans le monde. Avec 6,1 % (d’arrêts imprévus), notre pays se situe au même niveau que la moyenne internationale (5,9 %), et au dessus de certains pays voisins comme la France (8,2 % d’arrêts inprévus), le Royaume-Uni (11,5 %) ou encore la Suède (8,6 %).

Un autre chiffre intéressant pour aider à replacer l'actualité belge dans un contexte plus large : au total, l’ensemble des centrales nucléaires belges a fourni de l'électricité 84,1 % du temps. C'est bien au-dessus de la moyenne internationale (77,8 %). En d'autres termes, les centrales nucléaires belges ont été plus disponibles sur l'ensemble de leur durée d'exploitation que la plupart des centrales nucléaires d'autres pays (83,1 % pour l'Allemagne, 78,2 % pour la France, 72,8 % pour la Grande-Bretagne, 79,3 % pour la Suède). Les chiffres les plus récents sont également positifs pour notre pays : en 2016, la disponibilité des centrales nucléaires belges était de 79,9 % (contre une moyenne mondiale de 76,3 %), et de 78,2 % en 2017 (pour la Belgique) contre une moyenne mondiale de 75,2 %.

Ensemble, les centrales nucléaires belges produisent environ la moitié de toute l'électricité de notre pays. Elles sont la principale source d'énergie bas-carbone, et avec l'énergie éolienne et solaire, elles font partie de la solution pour contrer le changement climatique. L'énergie nucléaire fournit en permanence de l'électricité à un prix abordable et à faible émissions de CO2.

La disponibilité des centrales nucléaires belges (chiffres jusqu'en 2017, AIEA).

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire : qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus