Il y a eu une erreur, réessayez plus tard.

Restez informé grâce à notre newsletter ?

Étape importante pour le projet de fusion ITER
Étape importante pour le projet de fusion ITER

Début de l'assemblage ITER : nouvelle étape décisive dans la réalisation du plus grand projet de fusion jamais réalisé au monde

L'assemblage du réacteur ITER est commencé dans le sud de la France. C'est la phase finale et décisive de la réalisation de l'un des plus grands projets scientifiques jamais réalisés : rendre la fusion nucléaire possible à grande échelle sur Terre ! Les premières réactions de fusion pourraient avoir lieu dans ITER d'ici 2025. Aperçu rétrospectif de ce projet ambitieux et mondialement connu.

La fusion nucléaire n’est pas un phénomène inconnu des humains. En effet, la plus grande source d’énergie de notre système solaire, le Soleil lui-même, tire son énergie de la fusion atomique. Ce faisant, d’énormes quantités de lumière et de chaleur sont libérées. Nous arrivons même à les ressentir ici sur Terre (surtout pendant une chaude journée d’été :-)). Alors fusion nucléaire ! Un phénomène tout à fait naturel, qui fournit également l’énergie des panneaux solaires. En d’autres termes, l’énergie solaire ne serait pas possible sans la fusion nucléaire !

Fission et fusion nucléaires

En guise d’introduction : un petit morceau de science. De l'énergie (pour produire de l’électricité, chauffer ou éclairer votre maison) peut être obtenue en divisant les atomes dans une centrale nucléaire. Nous appelons cela la fission nucléaire, un processus que nous connaissons très bien, car toutes les centrales nucléaires que nous utilisons actuellement (en Belgique et ailleurs) utilisent les principes de la fission nucléaire. Aucun CO2 nocif n’est libéré au cours de ce processus, c'est pourquoi le nucléaire s'avère une bien meilleure alternative (décarbonée !) que des sources d'énergie fossile.

Mais l'inverse est également possible. En fusionnant deux noyaux atomiques très légers (l’inverse de la fission), vous pouvez provoquer un effet similaire, en libérant de très grandes quantités d’énergie, que vous pouvez utiliser pour produire de l’électricité, par exemple.

Plus d’informations sur la fusion nucléaire

Fusion est une réalité aujourd'hui

Nous voyons la fusion nucléaire comme un spectacle lointain (à savoir du soleil, loin dans l'univers), mais sur Terre, les scientifiques ont déjà réussi à recréer la fusion nucléaire dans un environnement expérimental telle qu'elle se produit dans la nature (sur le soleil).

C'est tout un défi, car pour rendre la fusion nucléaire possible, il faut développer un plasma (une sorte de soupe chaude) qui doit devenir très chaud pour que les noyaux atomiques fusionnent. Pour vous donner une idée, la fusion nucléaire se produit à une température d'environ 100 millions de degrés Celsius. L'espace cylindrique dans lequel la fusion nucléaire peut se produire (la marmite dans laquelle vous faites ladite soupe) est appelé un tokamak.

Plusieurs tokamaks existent déjà, dont le Joint European Torus (JET) et le Mega Ampere Spherical Tokamak (MAST) au Royaume-Uni, ainsi que la Tokamak Fusion Test Reactor (TFTR) à Princeton aux États-Unis.

En conclusion, les opposants à la fusion qui prétendent qu'elle restera un rêve éternel du monde scientifique et de l'industrie nucléaire et qu'elle ne deviendra jamais une réalité ont tort: ​​la fusion nucléaire est déjà une réalité dans les laboratoires sur Terre aujourd'hui.

© ITER

Du sous-critique au supercritique

En quoi la construction d'ITER représente-t-elle une étape importante dans la réalisation d'une réaction de fusion ? Pour atteindre des températures aussi élevées auxquelles la fusion nucléaire devient possible (100 millions de °C), il faut beaucoup d'apports / énergie. De plus, vous devez construire une infrastructure particulièrement robuste dans laquelle de telles températures chaudes peuvent être générées.

Il n'est donc pas surprenant que les expériences qui ont jusqu'à présent été réalisées dans des tokamaks (plus petits) aient été sous-critiques. Autrement dit, ils nécessitaient plus d'énergie (en entrée) que la chaleur / énergie générée (en sortie) par la réaction de fusion.

Ça change avec ITER. Parce qu’ITER deviendra le premier réacteur à fusion dans lequel plus d’énergie est générée (sortie) qu’elle n’y est injectée (entrée). C’est pourquoi les chercheurs appellent ITER le tout premier réacteur supercritique. Il va sans dire que des forces énergétiques aussi énormes nécessitent un environnement extrêmement impressionnant et robuste. Et c’est pourquoi des pays du monde entier travaillent ensemble pour faire d’ITER le plus grand projet de fusion jamais réalisé.

© ITER

Un nouveau chapitre important

Avec l'assemblage du tokamak ITER, le projet est maintenant entré dans une dernière ligne droite. À cette époque, les différents composants du monde entier arriveront à Cadarache dans le sud de la France pour démarrer l'assemblage, pour que les premières réactions de fusion aient lieu dans 5 ans.

Le timing est symbolique et plein d'espoir. 100 ans après la découverte du phénomène physique de la fusion nucléaire, et 10 ans après le début des travaux de construction, le projet ITER entre dans une dernière phase importante.

Le président Macron, qui a (virtuellement) assisté au moment festif, a évoqué depuis l'Élysée à Paris un « moment historique ».

« ITER est une promesse de paix, la preuve que ce qui rapproche les peuples et les nations est plus fort que ce qui les sépare. C'est aussi une promesse de progrès et de confiance dans la connaissance que si elle réussit, la fusion nucléaire sera une énergie qui répondra aux besoins de la population de toutes les régions du monde, relèvera les défis du changement climatique et améliorera la préservation des ressources naturelles. Et, peut-être plus que tout, ITER est un acte de confiance en l'avenir. ITER renoue avec l'esprit de découverte, d'ambition. Au fond, la conviction que la science peut vraiment rendre demain "meilleur qu’aujourd’hui. »

- Emmanuel Macron, le président de la République française

© ITER

Expertise belge

De nombreux chercheurs belges participent également à la réalisation de la fusion nucléaire en tant que projet d'un « approvisionnement sans fin en énergie propre du futur ». Par exemple, les entreprises belges qui coopèrent avec ITER sont regroupées sous ITER Belgium. Et les chercheurs de l'Académie royale militaire (RMS) font également un travail de pionnier dans la réalisation de la fusion nucléaire.

Pour plus d'info sur le sujet :

Êtes-vous aussi intéressé par…

Forum nucléaire: qui sommes-nous ?

Le Forum Nucléaire belge regroupe la plupart des sociétés et organismes actifs dans le domaine des applications du nucléaire. Le Forum Nucléaire est un portail d’information de référence sur la technologie nucléaire, tant à l’égard de la presse et du monde politique qu’à l’égard du grand public. En savoir plus